L’I­ran en proie à des mani­fes­ta­tions monarchistes

L’I­ran en proie à des mani­fes­ta­tions monarchistes

Par Fre­de­ric de Natal

Info de der­nière minute… L’I­ran en proie à des mani­fes­ta­tions monar­chistes, fin du régime ira­nien ? C’est la ques­tion que pose la presse d’op­po­si­tion ira­nienne après que le gou­ver­ne­ment de la répu­blique isla­mique vient d’an­non­cer qu’il cou­pait tout accès à inter­net, il y a quelques heures. Des élé­ments de l’ar­mée auraient pac­ti­sé avec les émeu­tiers, un poli­cier vient d’être tué en repré­sailles au monar­chiste assas­si­né par des mili­ciens. « Vos mani­fes­ta­tions cou­ra­geuses et intel­li­gentes à tra­vers l’I­ran sont un magni­fique spec­tacle de soli­da­ri­té Natio­nale (…) » vient de décla­rer le prince Reza Shah II Pah­la­vi dans un récent com­mu­ni­qué publié sur les réseaux sociaux et qui s’a­dresse aux iraniens.

« Il est clair que votre dou­leur est plus pro­fonde que le pro­blème du prix de l’es­sence. C’est votre digni­té qui est atteinte (…) La pau­vre­té, les men­songes, les sanc­tions et la dis­cri­mi­na­tion, la cor­rup­tion et l’op­pres­sion, sont deve­nus une règle dans ce pays. Vous avez com­pris que la seule façon de libé­rer, reste celle de vous ras­sem­bler, être ensemble, et mani­fes­ter dans toutes les rues des villes d’I­ran » peut-on encore lire dans le com­mu­ni­qué officiel.

A la veille de la date anni­ver­saire du déclen­che­ment de la « révo­lu­tion des œufs » fin décembre 2017, le gou­ver­ne­ment des mol­lahs fait face à de nou­velles vio­lentes émeutes anti­gou­ver­ne­men­tales qui aurait déjà fait des dizaines de morts rap­porte la presse d’opposition.

Dans la ville de Mash­had, le nom du pré­ten­dant au trône du Paon a été scan­dé et chan­té par les mani­fes­tant. Pour une par­tie des ira­niens, le nom de Pah­la­vi est asso­cié au retour de la démo­cra­tie tan­dis qu’une autre par­tie réclame  » la liber­té dans la répu­blique ». 40 ans après la chute de la dynas­tie impé­riale, le fils du der­nier Shah pour­rait faire un retour dans son pays si le gou­ver­ne­ment n’ar­rive pas à jugu­ler une nou­velle fois les émeutes. Sur le pont des mar­tyrs, dans la pro­vince de Gilan, les mani­fes­tants ont crié « Nous repren­drons nos droits !  » Longue vie à Reza Shah !  » ou encore dans la ville d’An­di­sheh, c’est aux cris de « Reza Shah, que dieu te bénisse l » que les mani­fes­tants ont conspué le régime islamique.

Des évé­ne­ments pris au sérieux par le gou­ver­ne­ment puisque lors de son dis­cours aux ira­niens aujourd’­hui, l’aya­tol­lah Ali Kha­me­nei a publi­que­ment « mau­dit » le fils du shah.

« Assu­rez-vous que plus ce mou­ve­ment natio­nal devienne plus grand et plus large, qu’il trouve un écho dans les uni­ver­si­tés, les écoles, les usines et tous les lieux d’af­faires » a ren­ché­ri le prince Reza Shah qui appelle clai­re­ment au ren­ver­se­ment du régime isla­mique. Un com­mu­ni­qué repris sur les réseaux sociaux accom­pa­gné de vidéos mon­trant dif­fé­rentes villes du pays en proie au soulèvement.

« C “est ma convic­tion constante, vous allez mettre bien­tôt fin à ce cau­che­mar » a encore affir­mé le prince Reza Shah Pah­la­vi, lea­der de l’op­po­si­tion ira­nienne. « Ira­niens, il y aura un jour où cet homme men­teur [Kha­me­nei-ndlr] sera jugé pour ses crimes » a décla­ré ce soir le pré­ten­dant au trône impérial.

« Les forces de sécu­ri­té du régime sont sur­pas­sées en nombre dans la plu­part des petites villes. Si les gens conti­nuent leur résis­tance alors la chute du régime sera immi­nente » annonce dans un tweet le jour­na­liste et auteur, Babak Taghvaee.