You are currently viewing Lettre ouverte à Alexis Corbière

Lettre ouverte à Alexis Corbière

Par Fré­dé­ric de Natal

Le citoyen Cor­bière est  dépu­té de la France insou­mise en Seine-Saint-Denis. Outré par l’idée que l’idée monar­chique revienne lui gâcher le pay­sage, il s’est auto­ri­sé une série de tweets pour expri­mer son ire. Le ci-devant Fré­dé­ric de Natal lui répond.

Mon­sieur le dépu­té de la Seine-Saint-Denis,

Un Lys de France dévoi­lé par une Marianne coif­fée de son bon­net phry­gien et vous voi­là cou­vert de sueur sur votre compte Twit­ter. C’est avec un cer­tain éton­ne­ment que j’ai décou­vert vos mes­sages indi­gnés, expres­sion de vos sen­ti­ments outrés par la der­nière cou­ver­ture du maga­zine L’Incorrect. Le second degré « révo­lu­tion­naire » de cette « ico­no­gra­phie » ne semble mal­heu­reu­se­ment pas vous avoir atteint pour que vous vous sen­tiez obli­gé de réagir et de nous admo­nes­ter. Per­met­tez-moi de vous répondre.

« Une roya­liste avec bon­net phry­gien ! L’extrême-droite devrait étu­dier l’Histoire de France. Il a fal­lu for­cer Louis XVI pour qu’il accepte seule­ment de por­ter la cocarde, puis il a tra­hi. Et les jeunes roya­listes, les mus­ca­dins, agres­saient les por­teurs de sym­boles répu­bli­cains. S’il n’y a pas eu de monar­chie consti­tu­tion­nelle, c’est en rai­son des tra­hi­sons et vio­lences des roya­listes qui, en 2020, sont aus­si nom­breux que les ado­ra­teurs de l’oignon ou autre curio­si­té ». Vos deux tweets du 3 février sont très inté­res­sants à ana­ly­ser tant pour leurs rac­cour­cis que pour une cer­taine lec­ture de l’Histoire qui vous est propre.

La suite