La destruction des livres sous la Révolution française.

Je prépare actuellement une nouvelle série de cours sur la Révolution française pour mes classes de Seconde mais sous des angles différents de ceux qui sont généralement abordés par l’Éducation nationale : sous l’angle social, sous l’angle environnemental, sous l’angle « sociétal » et familial, sous l’angle patrimonial, entre autres. Ainsi, je m’intéresse en ce moment au sort des livres et des bibliothèques, thème assez méconnu et pourtant très révélateur, non seulement des excès, mais de la nature même de la Révolution.

Dans son ouvrage « Livres en feu », Lucien X. Polastron signale que « le déclenchement de l’hécatombe de livres remonte au 2 novembre 1789, lorsque toutes les possessions ecclésiastiques et religieuses passent « sous la main de la Nation », laquelle a un vrai besoin de se renflouer sans les moyens structurels d’organiser la spoliation. Pour les terrains, les immeubles et les ciboires incrustés de rubis, l’affaire est simple et la capital quantifiable. Mais les bibliothèques ? (…) Qu’est-ce donc ? Pour la nation un poids mort indéchiffrable, pour les fonctionnaires une directive empoisonnée, mais avant tout le symbole de la tyrannie aux yeux des agités. » Il est tout de même étonnant que les intellectuels qui se targuent continuellement de prôner la liberté d’expression la plus large ne s’émeuvent pas de cette « biblioclastie  » qui a ravagé notre pays et livré aux flammes et aux artificiers fabricants de balles des millions d’incunables, de manuscrits anciens et enluminurés, de livres reliés et des collections de correspondances diplomatiques ou philosophiques…

La suite