Et si on rappelait le roi ?

Et si on rappelait le roi ?

Par Frédéric de Natal

C’est toujours avec plaisir que nous relayons la parole de Frédéric de Natal, qui est  l’un des meilleurs connaisseurs des familles princières d’Europe et même du globe. Cependant nous attirons l’attention de nos amis, fidèles à la doctrine de l’AF, sur un certain relativisme dans les propos du rédacteur, concernant les légitimités respectives du prince français et du prince espagnol, comme si chacune d’elles se valaient. Bien entendu , s’agissant de l’AF, il n’y a aucun doute sur le fait que Jean, comte de Paris est le seul prétendant au trône de France.

Olivier Perceval

Marianne pendue au gibet du 49.3  ! ?

L’acte a été condamné par divers élus locaux. Hier à Toulouse et,au petit matin, une vingtaine de jeunes militants de l’Action française ont pendu « symboliquement » une effigie de « la gueuse », ce terme méprisant habituellement attribué à la République depuis l’Entre-deux-guerres par les monarchistes. Le jour–même, le gouvernement du premier ministre Edouard Philippe dégainait l’article 49.3 de la constitution de 1958 afin de faire passer en force un projet de loi sur les retraites, victime d’une obstruction parlementaire. Entre ces deux actes, aucune corrélation si ce n’est le signe d’une France malade de sa démocratie et qui semble entamer désormais le dernier chapitre de son existence sur fond de violences sociales rarement atteintes dans son histoire.

«  Contre un régime instable, irresponsable, à court terme et qui divise, contre une république centralisatrice soumise aux lobbies qui sacrifie le Bien Commun aux intérêts particuliers et à la démagogie, Vite la Monarchie  ! Pour que vive la France, vive le Roi  !  »

Peut-on lire sur les divers réseaux sociaux de l’Action française, le mouvement de l’académicien Charles Maurras et dont l’ombre ne cesse de planer au-dessus d’un gouvernement drapé dans le voile aveugle d’un autoritarisme qui ne dit pas encore son nom. Montée du communautarisme religieux, crise sociale, crise identitaire, montée des populismes, scandales en tout genre (comme le Benallagate pour ne citer que celui-ci), actes de terrorisme d’extrême-gauche (osons dire un peu les choses maintenant-ndlr), les chaînes des digues qui protégeaient tout individu contre l’intolérance naturelle de l’homme se sont brisées, la France de Louis XIV de Napoléon, ou de Charles de Gaulle est désormais menacée d’éclatement.

Encore faut-il-ajouter de nouvelles ingérences politiques étrangères au sein de l’Hexagone sans même que l’état ne daigne bouger pour assurer notre intégrité nationale. Les attaques supposées de la Russie ou des Etats-Unis, l’affaire porno-politique Piotr Andreïevitch Pavlenski, l’incendie à la Gare de Lyon en marge d’un concert d’une star congolaise, les manifestations algériennes du Herak à Paris et hier le rassemblement géant organisé à Perpignan par le député séparatiste catalan Carles Puigdemont i Casamajó sont autant d’exemples récents et de signes de la déliquescence d’une Vème République qui semble à bout de souffle et à l’agonie. Une France réduite à « l’état de servitude volontaire » vis-à-vis de Bruxelles expliquait très justement Bertrand Renouvin,leader de la Nouvelle action royaliste et ancien membre du Conseil économique et Social, dans un éditorial de décembre 2019. Certains évoquent même ouvertement une « guerre civile » à venir sans savoir de qui l’un serait l’ennemi de l’autre, ou bien qui entre deux complot francs-maçons et dans un vague délire masturbatoire, fantasment à un hypothétique coup d’état de la « Grande muette », oubliant ce qu’est la réalité d’une dictature militaire ou la notion de légalisme qui règne au sein de l’armée. Et pourtant, à regarder de plus près, ce sont encore des preuves cette atmosphère d’angoisse générale qui a envahi « le pays réel [plus que jamais opposé] au pays légal ». Rarement dans son histoire, la France post-1945 n’avait atteint un tel niveau de crise révolutionnaire et celle de 1968 paraît bien sobre au regard des événements actuels.

Un nouveau 6 février 1934  ?

Hier soir aux abords du parlement, des milliers de français, toutes tendances politiques, se sont rassemblés pour crier leur refus de l’utilisation du 49.3. « Oublié les cahiers de doléances et le Grand débat », vague pitrerie présidentielle qui, à travers un savant coup de marketing, avait tenté de faire redorer le blason terni de « Jupiter », le surnom donné à Emmanuel Macron. Un président qui n’est plus en odeur de sainteté auprès des français. Fin de partie, la magie s’est envolée doucement dans les volutes de l’illusion, happées par le cynisme macronien post-ado du « moi je ». Ce matin, sur les ondes de Radio France Internationale, c’est unanime que l’opposition et les syndicats ont annoncé qu’ils allaient reprendre les manifestations contre le gouvernement alors que les vacances scolaires se terminent. Avec deux motions de censures déjà déposées contre le gouvernement du premier ministre Edouard Philippe, dont la permanence au Havre, a été attaquée pour la 3ème fois consécutive depuis le début de la campagne pour les municipales du 15 mars prochain, Les Républicains (LR), le Rassemblement national (RN) et France Insoumise (FI) vont tenter avec les dissidents de La République en marche (LREM) de faire tomber le gouvernement. Bien que cela ait peu de chances d’aboutir, l’ambiance du moment n’est pas sans rappeler cette journée historique, dans l’histoire de la IIIème République, qui avait menacé les institutions jusque dans ses fondements. La France est-elle au bord de l’implosion ? C’est la théorie qu’avance l’historien et démographe Emmanuel Todd dans son nouvel ouvrage « Les luttes de classes en France au XXIe siècle » et qui évoque « cette France du XXième siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s’affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l’individu-roi, avant l’inéluctable retour de la lutte des classes ».

Et si on rappelait le roi  ?

 Le magazine « L’incorrect » affirme que les « français en rêvent ». Il n’est peut-être pas loin de la vérité. Avec 17 % des sondages en faveur de la restauration de la monarchie, des prétendants au trône de plus en plus présents dans l’espace médiatique, des titres qui se sont multipliés sur le sujet depuis deux ans des politiques locaux ou nationaux qui ont évoqué ouvertement ce « roi qui manque à la France » et dont elle ne s’est jamais vraiment remis de sa mort en 1793, l’institution républicaine montre des signes certains de fragilité et qui appellent au redressement national. Dans un éditorial dans le magazine « Marianne », la polémiste Natacha Polony, est lapidaire sur la réalité de ce déni flagrant de démocratie. un de plus après le référendum de 2005, balayé du revers de la main par le président Jacques Chirac, irrité que les français n’aient pas voté en faveur d’un nouveau contrat européen. « le projet de réforme des retraites aura constitué un naufrage politique. D’une idée plébiscitée par une majorité de Français, l’obstination technocratique à faire travailler plus longtemps des citoyens soupçonnés de paresse congénitale aura fait une occasion de plus de construire l’image d’un pouvoir autoritaire et sourd. En face, la guerre de tranchées des députés insoumis à coups d’amendements prétextes aura davantage encore détruit ce qui reste de débat à l’Assemblée nationale » écrit Natacha Polony. Le parlementarisme actuel a atteint les limites de son existence avec l’utilisation à outrance de cet article constitutionnel ou de ses amendements. De droite comme à gauche, toutes idéologies confondues, on crie haro sur le « monarchisme républicain », pâle-copie sans saveurs de notre défunte royauté sans trop oser encore appeler à un référendum sur la question des institutions. Excepté France insoumise et son idée saugrenue de revenir à un type de IVème république, un des plus beaux échecs de gouvernance républicaine ayant existé.

La France nostalgique de ses souverains  ?

Exit depuis les trois derniers mandats présidentiel, l’idée d’avoir « un chef d’État arbitral, garant de la continuité et de l’indépendance nationale, véritable clef de voûte des institutions » a été dévoyée. « (…) Il n’est pas étonnant que les Français, attachés à la symbolique politique, se prononcent à chaque élection présidentielle par des votes de rejet plus que d’adhésion » constatait avec inquiétude, le prince Jean d’Orléans, comte de Paris, dans une tribune publiée dans le journal « Le Figaro », en octobre 2018 et à l’aube du mouvement des Gilets Jaunes, nos croquants de ce siècle pour lesquels, les deux prétendants au trône ont apporté leurs soutiens officiels. Les français réclament un arbitre. En guise de conclusion, le comte de Paris ne se faisait-il pas l’écho de la volonté de nos concitoyens lorsqu’il écrivait justement : « Je souhaite, dans la continuité des déclarations de mon grand-père et de mon père, que l’État soit, à nouveau, rétabli dans son indépendance selon sa vocation arbitrale afin qu’il soit pleinement au service de la France et des Français ». « L’Intérêt national et la restauration des pouvoirs régaliens méritent toute notre attention, pour la France et le Roi » martèle l’Action française. Jean d’Orléans, Louis-Alphonse de Bourbon, Jean –Christophe Napoléon, autant de descendants d’Henri IV qui se sont déclarés, ces mois passés, tous disponibles à relever le drapeau tricolore si la population le souhaite. Le cheval blanc et Jeanne d’Arc en moins.