L’avenir est monarchique

L’avenir est monarchique

par Philippe Germain

Voici une nouvelle rubrique Stratégie. Elle s’adresse plus particulièrement à ceux qui s’interrogent sur la possibilité d’une restauration monarchique.

L’idée n’est pas saugrenue dans une Europe comptant déjà une bonne dizaine de constitutions monarchiques. Et encore pourrait-on s’interroger sur le cas d’une Russie ou Vladimir Poutine règne comme un Tsar.

L’idée n’est pas saugrenue dans cette Europe tourmentée et divisée dans laquelle les monarchies ne sont plus vues comme des reliques du passé mais, ancrées dans l’histoire et la culture, représentent des symboles d’unité et d’équilibre.

L’idée n’est pas saugrenue dans un monde pour lequel la démocratie n’est plus considérée par tous comme l’unique avenir politique possible

L’idée n’est pas saugrenue dans un monde ou la notion de Progrès est de plus en plus associée à celle de désastre écologique.

L’idée n’est pas saugrenue au moment où en France la légitimité d’une Ve République, d’apparence si solide, est largement remise en question  ? D’abord par la prise de conscience de la domination de l’élite politico-médiatique, mais aussi de la démocratie représentative comme tromperie.

La question pour les royalistes français  ; la seule question qui vaille est  : Ce processus de déclin de la Ve République, déjà bien entamé, va-t-il dans un avenir plus ou moins proche offrir une opportunité de recours au Prince chrétien  ? Au vu de la rapidité avec laquelle les crises s’enchaînent les unes aux autres, de sociétale en crise sociale tout laisse penser que oui  !

Dans ce cas, les monarchistes «  politiques  » doivent s’impliquer dans la compréhension de la stratégie que l’Action française déploie pour se préparer à ne pas laisser passer la verte fortune  ? Le voilà l’objet de cette rubrique hebdomadaire.

Prochaine rubrique  : L’origine de la stratégie royaliste