De Gre­ta au CETA : l’in­co­hé­rence des par­le­men­taires pro-gou­ver­ne­men­taux.
|

De Gre­ta au CETA : l’in­co­hé­rence des par­le­men­taires pro-gou­ver­ne­men­taux.

La venue de la jeune Sué­doise Gre­ta Thun­berg a été l’occasion de débats par­fois viru­lents sur l’opportunité de son invi­ta­tion à l’Assemblée natio­nale, mais sur­tout le révé­la­teur de la contra­dic­tion, dans le meilleur des cas, ou de l’hypocrisie, si l’on est moins opti­miste, de ce que l’on peut nom­mer le « pays légal », par­le­men­taire et gou­ver­ne­men­tal, qui, aujourd’hui, tient fer­me­ment les rênes de la Répu­blique mal­gré les contes­ta­tions, nom­breuses et variées, par­fois anta­go­nistes, du « pays réel ». En effet, il peut paraître sur­pre­nant de voir que nombre de dépu­tés qui s’esbaudissaient devant le mes­sage éco­lo­giste de l’adolescente et ses aver­tis­se­ments mâti­nés de pro­pos apo­ca­lyp­tiques, ont néan­moins voté sans coup férir pour le CETA, trai­té de libre-échange entre le Cana­da et l’Union euro­péenne qui appa­raît comme une bien mau­vaise nou­velle pour la pré­ser­va­tion de l’environnement et la qua­li­té de vie des ani­maux. Le quo­ti­dien Libé­ra­tion, en son édi­tion du same­di 27-dimanche 28 juillet, donne quelques indi­ca­tions inté­res­santes sur cet épi­sode : « La mili­tante a été invi­tée par 162 dépu­tés d’un col­lec­tif trans­par­ti­san sur le cli­mat bap­ti­sé « Accé­lé­rons ». Par­mi eux : une majo­ri­té de dépu­tés LREM, 20 Modem, 7 LR, 12 socia­listes (…). L’objectif de ce col­lec­tif ? « Accé­lé­rer la tran­si­tion éco­lo­gique et soli­daire. » » L’intention paraît louable et elle l’est, même si la défi­ni­tion de la « tran­si­tion éco­lo­gique » méri­te­rait d’être pré­ci­sée, tout comme ce que les membres de ce col­lec­tif entendent par éco­lo­gie et poli­tique éco­lo­gique, ce qui n’est pas si évident ni consen­suel que cela.

La suite