Le manque de masques en France vient du dogme libéral

Le manque de masques en France vient du dogme libéral

Par Patrice de Plunkett 

Les pre­mières enquêtes sur le scan­dale du manque de masques ren­voient au délire anti-Etat et anti-stocks qui a for­ma­té les années de la glo­rieuse “révo­lu­tion libérale” : 

2011, avant-der­nière année de celui qui vou­lait être appe­lé “Sar­ko l’Américain” : une “grande concer­ta­tion” avec le pri­vé est orga­ni­sée par le gou­ver­ne­ment, qui veut se défaire du stock d’Etat d’un mil­liard de masques chi­rur­gi­caux et 700 mil­lions de masques FFP2. Motifs de cette bra­de­rie : 1. l’existence de stocks en tous domaines est condam­née par le dogme libé­ral au pro­fit de la fameuse “logique des flux” ; 2. en ver­tu du dogme, lors des crises sani­taires graves le “flux” d’approvisionnement de la France en masques sera cen­sé repo­ser désor­mais sur… la Chine, usine du monde. One world, free trade.

Où passent les stocks de masques fran­çais après 2011 ?  En prin­cipe ils partent dans les entre­prises, l’Etat se déchar­geant désor­mais de la pro­tec­tion sani­taire des sala­riés (tou­jours en ver­tu du dogme) ; mais au vu de la situa­tion de 2020, on peut se deman­der ce qu’il est réel­le­ment adve­nu des stocks après leur dis­per­sion. Gas­pillés ?  Ven­dus à l’étranger ? Mys­tère. La trans­pa­rence du pri­vé est très rela­tive. Tou­jours est-il – constatent les enquê­teurs – qu’en jan­vier 2020 l’Etat ne détient plus que 145 mil­lions de masques chi­rur­gi­caux et aucun masque FFP2. Quand le coro­na­vi­rus explo­se­ra en ter­ri­toire fran­çais, ce sera juin 40… 

La suite