You are currently viewing Anar­chie par­tout désormais

Anar­chie par­tout désormais

Par Jacques de Guille­bon Rédac­teur en chef de l’Incorrect.

Mon­sieur le pré­fet de Mar­seille, si les pro­pos que vous prête Le Point sont avé­rés, vous êtes une ordure : « Certes, nous ne pour­rons pas évi­ter que les gens se rendent visite les uns les autres dans une même barre d’im­meubles, y explique Emma­nuel Barbe, donc pré­fet de Mar­seille, par­lant du ram­dam qui va com­men­cer dans trois jours. Mais, là, il s’a­git d’une ques­tion de res­pon­sa­bi­li­té indi­vi­duelle. Il me semble que la période du rama­dan per­met encore plus que d’ha­bi­tude de veiller les uns sur les autres ». Donc si vous avez dit ça, vous être une qua­druple ordure. Une ordure par lâche­té, méthode selon laquelle on fabrique sou­vent les ordures d’ailleurs, parce que vous dis­si­mu­lez der­rière un « on ne peut pas » la faillite de vos poli­tiques publiques depuis qua­rante ans ; une ordure par men­songe parce que le rama­dan n’est pas plus une période pen­dant laquelle on veille sur les gens que Pâques ou la Tri­ni­té par exemple ; une ordure par injus­tice parce que nous res­tons confi­nés pen­dant que d’autres peuvent vaquer ; enfin une ordure par bêtise parce que vous ne voyez pas que vous sciez la der­nière branche qui vous soutient.

Lâche­té d’abord parce que si nous savons que vous n’êtes pas per­son­nel­le­ment res­pon­sable de la défaite de la force publique en France, que nombre de pré­fets et de fonc­tion­naires servent bra­ve­ment l’État, vous pre­nez acte en l’occurrence de l’incapacité de vos ser­vices de faire régner l’ordre.

Men­songe ensuite, parce que nous n’avons aucun lieu de croire que des familles, nom­breuses, qui iront visi­ter d’autres familles, nom­breuses, pen­dant que mémé qui pro­mène seule son chien se fait ver­ba­li­ser, soient un exemple de veille et de soin, alors qu’on nous explique depuis un mois et demi qu’il faut res­ter chez soi, pra­ti­quer les gestes bar­rières et tout le saint-frusquin.

Injus­tice parce qu’on nous a non seule­ment refu­sé toutes les messes et célé­bra­tions de notre semaine sainte, mais encore inter­dit de com­mu­nier, même en ordre, bien éloi­gnés les uns des autres.

Bêtise enfin parce que vous démon­trez que votre Répu­blique est faible devant les forts et impi­toyables avec les autres.

Nous savons donc ce qu’il nous reste à faire désor­mais : menaces, désordre, indis­ci­pline, anar­chie. Puisque c’est le seul lan­gage que vous et vos chefs entendent.