You are currently viewing De quoi le Coro­na­vi­rus est-il le nom ?

De quoi le Coro­na­vi­rus est-il le nom ?

Par Eric Bian­chi doc­teur en médecine

De quoi le Coro­na­ro­vi­rus est-il le nom nous dirait Alain Badiou. Dif­fi­cile pour lui de répondre en l’ab­sence d’é­tude de Lys­sen­ko. Après avoir lu, enten­du et même dit beau­coup de bêtises quelques élé­ments un peu sérieux. Les deux der­nières grandes pan­dé­mies de la même échelle sont la grippe asia­tique de 56 – 58 et la grippe espa­gnole de 18 – 20. (Le SIDA n’é­tant pas comparable.) 

Les deux voient leurs ori­gines en Chine, l’ex­pli­ca­tion la plus vrai­sem­blable est la proxi­mi­té homme-ani­maux dans ces régions. Les deux sont des muta­tions spon­ta­nées du H1N1, virus de la grippe, l’ac­tuelle appar­tient à la famille des Coro­na­vi­rus mais les muta­tions spon­ta­nées des virus sont natu­relles. Avec des fron­tières fer­mées pour cause de guerre l’é­pi­dé­mie de 18 fit 50 mil­lions de mort (consen­sus OMS), le bilan actuel peut paraitre déri­soire mais il faut rap­pe­ler la durée de l’é­pi­dé­mie. Le pre­mier cas fut recen­sé en mars 1918, le der­nier en juillet 1921. 

Nous en sommes à peine à 3 mois. La mon­dia­li­sa­tion a sur­ement accé­lé­ré la pro­pa­ga­tion mais on voit bien qu’une pan­dé­mie peut aus­si se pro­pa­ger dans un monde plus fer­mé, celui de 18 était le monde de la pre­mière guerre mon­diale, celui de 56 était celui de la guerre froide. La grippe de 18 fut très conta­gieuse au point qu’on estime que plus de 50% de la popu­la­tion mon­diale fut atteinte. Le virus actuel est éga­le­ment plus conta­gieux que la grippe banale mais il est dif­fi­cile de com­pa­rer les sta­tis­tiques. A la conta­gio­si­té lors de l’in­cu­ba­tion, le Covid-19 ajoute les por­tages sains fac­teurs de dis­per­sion. L’ex­trême mor­ta­li­té de 18 – 20 fut liée à la muta­tion du virus, il y eut qua­si­ment deux épi­dé­mies, une pre­mière presque clas­sique puis une seconde liée à la muta­tion du virus aux USA qui vit le départ d’une nou­velle vague plus mor­telle. Cer­tains soup­çonne une muta­tion actuelle en Iran et de toutes façons elle reste tou­jours pos­sible. LA mortalité… 

Cer­tains se gaussent du chiffre envi­ron 2% pour faire pas­ser la mala­die pour bénigne. Rap­pe­lons que la grippe tue 10 000 per­sonnes envi­ron par an en France et sa mor­ta­li­té est de .…0,3%. La mor­ta­li­té de la grippe espa­gnole fut de 2% éga­le­ment. La dis­tri­bu­tion dans la pyra­mide des âges est dif­fé­rentes (14% de mor­ta­li­té chez les per­sonnes âgées) Si on se rap­porte aux chiffres fran­çais actuels qui semblent concor­der avec les pre­mières études épi­dé­mio­lo­giques chi­noises, le taux de cas grave (cas enne­mis réanimation/cas totaux) est éle­vé ce qui n’est pas bon. Donc il ne faut ni mini­mi­ser ni se catas­tro­pher inuti­le­ment. La vigi­lance doit durer plu­sieurs mois même en cas de baisse de l’é­pi­dé­mie. A titre indi­vi­duel appli­quez les mesures clas­siques de pré­ven­tion ; à titre col­lec­tif espé­rer des déci­sions gou­ver­ne­men­tales cohé­rentes (mais…) et un élan de civisme.