You are currently viewing L’é­co­lo­gie muni­ci­pale, un pre­mier pas vers une éco­lo­gie plus générale ?
|

L’é­co­lo­gie muni­ci­pale, un pre­mier pas vers une éco­lo­gie plus générale ?

Tan­dis que la séche­resse sévit en France métro­po­li­taine, y com­pris dans un Ouest d’ordinaire mieux arro­sé que le reste du pays, et que les cartes météo­ro­lo­giques sont rou­gies en fonc­tion des tem­pé­ra­tures cani­cu­laires et des angoisses contem­po­raines, l’écologie reste négli­gée et cela mal­gré les dis­cours offi­ciels et la récu­pé­ra­tion par quelques par­le­men­taires de la jeune Gre­ta, nou­velle icône d’un sys­tème capi­ta­liste qui n’a pas du tout envie, en fait, de faire des efforts, mais juste des inves­tis­se­ments « verts » qui lui donnent bonne conscience et bons pro­fits. Dans mes péré­gri­na­tions esti­vales, je constate que l’artificialisation des terres s’accélère après un bref ralen­tis­se­ment au milieu des années 2010, et les cam­pagnes comme les lit­to­raux se couvrent de bitume et de béton sans que les pro­mo­teurs et leurs sou­tiens, voire leurs clients, ne soient vrai­ment contre­dits : les 1.600 hec­tares sau­vés (pro­vi­soi­re­ment ?) à Notre-Dame-des-Landes cachent une situa­tion ter­rible et un recul (qui paraît inexo­rable) de la nature ou, du moins, des espaces dits natu­rels, her­ba­cés ou boi­sés. Que cela soit le gou­dron­nage de trot­toirs à l’entrée des vil­lages ou la coupe d’arbres, voire la déplan­ta­tion de haies ; la construc­tion de nou­veaux lotis­se­ments qui se mul­ti­plient non loin des grandes villes ou l’installation de zones com­mer­ciales qui rui­ne­ront les der­niers com­merces locaux et indé­pen­dants de proxi­mi­té ; le rem­pla­ce­ment d’anciens cam­pings popu­laires par des pro­jets de rési­dences de luxe, hotel­lières ou seule­ment vacan­cières ; etc., la liste est longue et déses­pé­rante, et rien ne semble pou­voir arrê­ter le rou­leau com­pres­seur des des­truc­tions et des construc­tions incon­si­dé­rées et, sur le lit­to­ral ou en mon­tagne, sou­vent des­ti­nées aux classes les plus aisées de notre socié­té comme on peut le consta­ter sur la Côte d’émeraude ou en Corse…

La suite