« L’idéologie libérale-libertaire est le dernier avatar de la religion du Progrès »

« Le modèle libéral-oligarchique est producteur de ruines, en général, et de sa propre ruine en particulier » énonce Matthieu Baumier. Oto Godfrey – Wikimedia Commons CC

Avec « Voyage au bout des ruines libérales-libertaires », l’écrivain Matthieu Baumier analyse les raisons idéologiques des maux de l’époque. Il voit dans le libéralisme économique et le primat du désir individuel les deux faces, gauche et droite, d’une même idéologie vouée selon lui à l’échec.

FIGAROVOX.- Votre livre s’intitule « Voyage au bout des ruines libérales-libertaires ». Comment définissez-vous l’idéologie « libérale-libertaire » ?

Matthieu Baumier.- Le terme « idéologie » peut désigner un ensemble d’idées plus ou moins organisées ou acceptées, susceptibles d’orienter les comportements des individus. Si l’on s’en tient à cette définition, l’idéologie libérale-libertaire est à l’évidence l’idéologie de notre temps, celle qui structure notre société. Pour Jean-Claude Michéa, c’est la rencontre entre la pensée économique libérale et ce qu’il nomme la pensée libertaire, en référence au primat du désir individuel qui s’est imposé. L’analyse me semble juste. Ce primat de l’individu est le point commun entre le social-libéralisme, ce que nous appelons habituellement la « gauche », et le libéralisme-social, ce que nous appelons en général la « droite ». Pour moi, ce sont les deux faces d’une même idéologie. Il n’y a pas de différence fondamentale entre ces prétendues droite et gauche. Les promoteurs de l’idéologie libérale-libertaire exercent le pouvoir depuis 40 ans, en rejetant aux extrêmes qui pense autrement qu’eux. 2017 n’est pas la victoire d’une nouvelle manière de faire de la politique mais la poursuite du même pouvoir idéologique libéral-libertaire par d’autres moyens. Cette idéologie est de de mon point de vue encore plus ample : c’est une véritable foi en l’illimité et la certitude qu’il n’y aurait qu’un chemin unique. Elle est ainsi le dernier avatar de la religion du Progrès. Je parle évidemment du progrès en tant qu’idéologie, selon laquelle nous marcherions vers un monde meilleur sous réserve de prendre avec volontarisme le chemin en main, ou en marche, et non des progrès que connaît toute société.

La suite