Quand un dépu­té mis en exa­men pour vio­lences enquête sur… la vio­lence des « grou­pus­cules d’extrême-droite »

Quand un dépu­té mis en exa­men pour vio­lences enquête sur… la vio­lence des « grou­pus­cules d’extrême-droite »

M’jid El Guer­rab a été mis en exa­men en 2017 pour « vio­lences volon­taires avec arme par des­ti­na­tion ». Assem­blée nationale

Domi­nique de Mont­va­lon signale un fait « sin­gu­lier » : le dépu­té M’jid El Guer­rab, qui avait été mis en exa­men suite à l’a­gres­sion d’un autre dépu­té, figure par­mi les membres de la nou­velle com­mis­sion d’en­quête par­le­men­taire sur les vio­lences attri­buées à des petits groupes d’ex­trême-droite. Cette com­mis­sion a été ins­ti­tuée à la demande de Jean-Luc Mélenchon.

On pou­vait s’at­tendre à tout, sauf à cela. M’Jid El Guer­rab, dépu­té des Fran­çais de l’é­tran­ger, ancien membre du PS, élu en 2017 comme macro­niste et depuis peu (après un pas­sage à l’As­sem­blée chez les « non-ins­crits ») membre du tout nou­veau groupe par­le­men­taire « Liber­tés et Ter­ri­toires », vient d’in­té­grer la Com­mis­sion d’en­quête, créée à la demande de Jean-Luc Mélen­chon, sur les vio­lences impu­tées aux grou­pus­cules d’extrême-droite.

Or M’Jid El Guer­rab n’est pas, si l’on peut dire, un élu comme un autre : c’est le dépu­té qui, le 30 août 2017, le croi­sant dans la rue, avait envoyé à coups de casque sur le crâne aux soins inten­sifs son ancien cama­rade de par­ti Boris Faure qui, après avoir été le pre­mier secré­taire de la Fédé­ra­tion des Fran­çais de l’é­tran­ger, est aujourd’­hui conseiller consu­laire en Bel­gique. À l’é­poque, le dépu­té frap­peur – qui avait caté­go­ri­que­ment refu­sé de démis­sion­ner – avait été mis en exa­men pour « vio­lences volon­taires avec arme ». Entre les deux ex-amis, il y avait, semble-t-il, de solides conten­tieux élec­to­raux. Mais si, en pareil cas, cela se réglait chaque fois à coups de casque…

La suite