« Certains utilisent des passages de la Parole de Dieu pour cautionner les migrations »

Le Pape François pose avec un groupe de migrants tenant une banderole : « personne n’est étranger » , au Vatican, le 11 avril 2018. TIZIANA FABI/AFP

Depuis le début du pontificat, les prises de position répétées du pape François en faveur des migrants suscitent de nombreuses incompréhensions et critiques chez beaucoup de fidèles, qui les jugent irréalistes, contraires aux règles élémentaires du bien commun ou tout simplement incompatibles avec la survie des nations européennes et avec le droit des peuples européens à la continuité historique de leurs identités.

Et depuis le début du pontificat, ceux qui soutiennent ces positions du pape rétorquent à ses détracteurs qu’il ne s’agirait, de la part de François, que d’une stricte mise en œuvre de la charité évangélique, d’un rappel vigoureux de la parabole du bon Samaritain et des appels de Jésus à accueillir l’étranger, que cela interdirait toute critique et fermerait la porte à tout débat. À mesure toutefois que le pontificat avance et que les textes et les déclarations s’accumulent, cette ligne de défense paraît de moins en moins tenable, les interventions du pape sur le sujet apparaissant de plus en plus clairement pour ce qu’elles sont : des positions qui ressortent de la politique – mais une politique malheureusement colonisée par la morale, et donc étrangère au souci du bien commun.

La suite