Sou­tien aux Gilets Jaunes : Les cahiers de doléances contre l’oligarchie !

Sou­tien aux Gilets Jaunes : Les cahiers de doléances contre l’oligarchie !

La crise que tra­verse la France consacre la rup­ture entre les élites auto­pro­cla­mées et le peuple. La classe diri­geante, au ser­vice de Bruxelles, ne croit plus en la France, ne veut plus de la France. Cette élite mon­dia­liste, depuis des années, tra­vaille à affai­blir notre pays et à nour­rir la finance, acca­blant d’impôts directs ou indi­rects la plus grande masse des Fran­çais tout en exo­né­rant les plus riches, taxant le die­sel mais refu­sant de taxer les tran­sac­tions finan­cières, ne jurant que par l’attractivité des ter­ri­toires mais vidant les cam­pagnes de ses méde­cins, de ses écoles, de ses com­merces et de ses ser­vices publics. Cette élite est en train, non pas de trans­for­mer le pays, mais de le détruire.

Le pacte mon­dial que Macron ira signer à Mar­ra­kech le 10 décembre pro­chain et qui pla­ni­fie une inva­sion migra­toire sans pré­cé­dent, n’est que le der­nier et écla­tant sym­bole de ce que la Répu­blique fran­çaise est en réa­li­té : le gou­ver­ne­ment DE L’OLIGARCHIE PAR L’OLIGARCHIE POUR L’OLIGARCHIE. Les Fran­çais ne sont plus dupes, ils le disent, ils le crient, ils le hurlent.

La classe diri­geante méprise ouver­te­ment les Fran­çais, que « leur » pré­sident ne cesse d’insulter. Les Gilets Jaunes ont cris­tal­li­sé leur mécon­ten­te­ment. Les Fran­çais ne font plus confiance aux par­tis. Ils ne veulent plus pla­cer le des­tin du pays sous le contrôle de « repré­sen­tants » qui ne cessent de leur expli­quer qu’ils sont bêtes, racistes, incultes, réfrac­taires, aveugles, nazis, lépreux, sédi­tieux et inca­pables. Le pou­voir en place ne repré­sente plus rien, n’incarne plus rien. Diri­ger un pays ne consiste pas à être le client docile des banques sous contrôle euro­péen !

Les Fran­çais veulent une démo­cra­tie directe, ajus­tée à leurs ter­ri­toires. Des repré­sen­tants proches d’eux, pas des dépu­tés hors sol.

L’Action fran­çaise sou­tient la colère des Gilets Jaunes, car la Répu­blique a failli une fois de plus. Elle en appelle donc à la démis­sion, voire à la des­ti­tu­tion de Macron, dont le gou­ver­ne­ment auto­cra­tique mène la France à sa perte. Elle en appelle à la consti­tu­tion d’un Gou­ver­ne­ment d’Union Natio­nale.

Ce gou­ver­ne­ment d’union natio­nale devra lan­cer une consul­ta­tion qui fera remon­ter de tout le pays les justes doléances des ter­ri­toires, dans leur diver­si­té. C’est sur cette base que l’on pour­ra refon­der une admi­nis­tra­tion sou­cieuse du Bien Com­mun, des régions pros­pères, des corps inter­mé­diaires véri­ta­ble­ment repré­sen­ta­tifs. C’est sur cette base que l’on pour­ra refon­der véri­ta­ble­ment les ins­ti­tu­tions en se posant, enfin, la ques­tion cen­trale de l’autorité : la France a‑t-elle besoin d’un ambi­tieux qui pour­suit son rêve soli­taire ou d’un chef arbitre au ser­vice de chaque citoyen ? La France a besoin d’un roi. Elle y vien­dra.