You are currently viewing « Purge » contre les poli­ciers : l’au­teur de l’ap­pel pla­cé en garde à vue

« Purge » contre les poli­ciers : l’au­teur de l’ap­pel pla­cé en garde à vue

Le mes­sage qui a le plus été par­ta­gé appelle à se sai­sir de « toutes les armes » pour « atta­quer les forces de l’ordre ». Cap­tures d’é­cran snapchat

Plu­sieurs mes­sages appe­lant à la purge des forces de l’ordre cir­culent sur les réseaux sociaux. Les attaques doivent avoir lieu lors de la nuit d’Hal­lo­ween, le 31 octobre. Si l’au­teur assure qu’il s’a­gis­sait d’une blague, le ministre de l’In­té­rieur a por­té plainte.

Le ministre de l’In­té­rieur Chris­tophe Cas­ta­ner a annon­cé ce lun­di avoir por­té plainte après la dif­fu­sion sur inter­net de mes­sages appe­lant à une « purge » des poli­ciers et pré­ci­sé que l’au­teur, qui a recon­nu avoir fait « une blague », avait été iden­ti­fié. Le jeune homme, un Isé­rois de 19 ans, s’est pré­sen­té au com­mis­sa­riat de Gre­noble, où il a été pla­cé en garde à vue à 17 heures, selon une source policière.

Sur Twit­ter, il a pos­té des mes­sages affir­mant que l’ap­pel à la purge « était une énorme blague et une inven­tion de (sa) part ». « Elle a pris une trop grande ampleur alors j’ai déci­dé d’an­non­cer (…) que c’é­tait une blague ! Il n’y aura ni purge à Gre­noble, Paris, Genève, Lyon etc…», écrit le jeune homme. « L’au­teur a été iden­ti­fié. Il pré­tend que c’est “une mau­vaise blague”, il sera pour­sui­vi », a réagi le ministre de l’In­té­rieur sur Twit­ter. « Appe­ler à la “purge” contre nos poli­ciers, c’est appe­ler au meurtre », a‑t-il poursuivi.

La suite