Cas­seurs : com­bien de temps va-t-on lais­ser faire l’extrême gauche ?

Cas­seurs : com­bien de temps va-t-on lais­ser faire l’extrême gauche ?

Champs-Ely­sées, Paris, 16 mars 2019. ©Marin Driguez/SIPA

Le sac­cage des Champs-Ély­sées lors de l’acte XVIII des gilets jaunes signe tris­te­ment l’échec simul­ta­né de l’État et du mou­ve­ment des ronds-points. Il signe aus­si une odieuse ins­tru­men­ta­li­sa­tion, peut-être double. Ins­tru­men­ta­li­sa­tion cer­taine des gilets jaunes par l’extrême gauche, ins­tru­men­ta­li­sa­tion pos­sible de l’État par le gou­ver­ne­ment. Mais plus pro­fon­dé­ment, c’est sur­tout la marque d’un échec de notre socié­té tout entière, dont nous devons abso­lu­ment prendre col­lec­ti­ve­ment conscience si nous vou­lons redres­ser la barre avant qu’il ne soit trop tard.

La police a ses responsabilités

Il ne s’agit pas d’exonérer les forces de l’ordre de toute res­pon­sa­bi­li­té dans la situa­tion du same­di 16 mars. Certes, les règle­ments de compte de l’affaire Benal­la ne sont pro­ba­ble­ment pas étran­gers aux divers limo­geages au sein de la police natio­nale. D’un autre côté, il n’est pas anor­mal qu’un tel fias­co opé­ra­tion­nel ait des consé­quences pour les chefs du dis­po­si­tif. Mais il serait injuste de faire por­ter à outrance sur les hommes les dys­fonc­tion­ne­ments d’un sys­tème, depuis long­temps identifiés.

La pré­fec­ture de police de Paris est un Etat dans l’Etat au sein de la Police natio­nale, et les dis­sen­sions entre les deux struc­tures ne sont un secret pour per­sonne – je ren­voie notam­ment aux ten­sions entre la BRI et le RAID lors des atten­tats. Ajou­tons à cela les gen­darmes, de plus en plus employés en zone police natio­nale pour pal­lier les dif­fi­cul­tés de celle-ci à enga­ger mas­si­ve­ment ses effec­tifs, en rai­son d’une part des rythmes horaires de ses fonc­tion­naires, et d’autre part du cloi­son­ne­ment entre ser­vices qui limite consi­dé­ra­ble­ment les pos­si­bi­li­tés de bas­cules de forces. Les dif­fi­cul­tés de coor­di­na­tion sont inévi­tables, et tout cela est bien connu.

La suite