L’idéologie droit-de-l’hommiste, un obstacle à la lutte contre le terrorisme ?

L’idéologie droit-de-l’hommiste, un obstacle à la lutte contre le terrorisme ?

Des fleurs sont déposées devant l’État-major de la gendarmerie de l’Aude en hommage à Arnaud Beltrame. ERIC CABANIS/AFP

FIGAROVOX.- Après les attentats de Carcassonne et de Trèbes, l’islamisme armé est de retour. Comment analysez-vous la réaction des autorités ?

Guillaume BIGOT.- Une réaction pavlovienne de la classe politique et des pseudo-experts consiste à s’indigner de ce que les djihadistes qui passent à l’acte sont déjà connus. Une telle indignation relève d’un pur contre-sens.

Si les auteurs d’attaques sont fichés, c’est que le renseignement est efficace et non l’inverse. Le système de remontée et de classement d’informations est déjà perfectionné : on classe les individus de 1 à 16, en fonction de leur dangerosité, les proches peuvent être fichés et on fait tout pour éviter l’engorgement de la base. Ce système ne cesse de s’améliorer. Ainsi lorsque Yassin Sahli, par exemple, l’islamiste qui avait égorgé son patron à Saint-Quentin-Fallavier, dans la banlieue de Lyon, était sorti des fiches S (il avait été fiché une première fois en 2006), un nouveau fichier dit FSPRT (Fichier de signalement pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) a été créé afin d’y verser les noms retirés du fichier principal. Nous gardons une avance indispensable sur l’ennemi. Contrairement à certaines allégations, les forces de l’ordre sont très bien renseignées de l’intérieur par nos compatriotes musulmans, fort heureusement d’ailleurs.

Ce formidable travail de l’ombre réalisé par des informateurs de confession musulmane, par des fonctionnaires infiltrés et par les services permet d’éviter l’essentiel des actes qui, sans cela, ensanglanteraient la France. Chaque année, depuis 2015, ce sont entre 15 et 20 tentatives d’attentats qui sont en moyenne déjouées. Certaines de ces attaques auraient été dévastatrices.

La suite