Articles royalistes de jean-Philippe Chauvin
Ne pas baisser la garde, militairement parlant.

Les premières mesures budgétaires de l’ère Macron, survenant au cœur d’un été que l’on espère plus paisible que celui, meurtrier, de l’an dernier, soulèvent évidemment nombre de critiques, et chacun, ou presque, y trouve à redire, de plus ou moins bonne foi selon les cas. Pourtant, personne ne nie que la situation financière de notre pays est délicate et qu’une meilleure maîtrise des dépenses s’avère nécessaire pour pouvoir retrouver une certaine crédibilité sur le plan européen, et, plus important, les moyens d’une véritable souveraineté économique, qui n’est pas l’isolement mais la capacité à « être et agir » librement pour l’État politique face aux féodalités de l’Argent, qu’elles prennent les formes de puissances financières légales, de fonds vautours ou de multinationales industrielles ou commerciales.

Si nombre de mesures annoncées, pour désagréables qu’elles puissent être à court terme, ne me choquent pas outre mesure (comme le gel du point d’indice pour les fonctionnaires, dont je suis, et le rétablissement du jour de carence), d’autres me paraissent inappropriées et, même, dangereuses. Ainsi la diminution (provisoire ?) du budget de la Défense, celle-là même qui a provoquée la colère, puis la démission du général de Villiers, n’est pas une bonne nouvelle au regard des périls internationaux actuels et du rôle de l’armée française dans la protection du continent européen, rôle et place qui faisaient dire au président de la Commission européenne pour une fois bien inspiré que « l’armée européenne c’est l’armée française », reconnaissant ainsi que, plutôt que de vouloir une hypothétique Défense européenne unifiée, mieux valait reconnaître et renforcer ce qui existait déjà, nationalement, et que c’est bien la France, et elle seule, qui incarnait le mieux cette Défense…

La suite