You are currently viewing Une crise majeure ouverte entre Macron et l’armée

Une crise majeure ouverte entre Macron et l’armée

Emma­nuel Macron, pré­sident de la répu­blique et Pierre de Vil­liers, Chef d’E­tat major des Armées, passent les troupes en revue au cours du tra­di­tion­nel défi­lé mili­taire sur les Cham­pas Ely­sées à l’oc­ca­sion de la fête natio­nale, à Paris, ven­dre­di 14 juillet 2017 JEAN CLAUDE COUTAUSSE / FRENCH POLITIS POUR LE MONDE

Le 14-Juillet 2017 res­te­ra dans les annales comme un jour de crise ouverte entre l’armée et le pré­sident de la VRépu­blique, en dépit du suc­cès du défi­lé qui a mis ce ven­dre­di-là les troupes à l’honneur sous le regard admi­ra­tif de l’Américain Donald Trump. Dans le week-end, les sources du Monde conver­geaient pour juger iné­luc­table la démis­sion du chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers.

Une folle séquence a débu­té mar­di 11 juillet. Dans Le Pari­sien, le ministre des comptes publics Gérald Dar­ma­nin annonce que, fin 2017, la soli­da­ri­té inter­mi­nis­té­rielle n’assumera pas les sur­coûts des opé­ra­tions exté­rieures comme le pré­voit la loi : pour les payer, les armées devront éco­no­mi­ser 850 mil­lions d’euros sur leurs équi­pe­ments. L’annonce des coupes, aux­quelles s’ajoutent d’importants gels de cré­dits, est une douche froide. Le pré­sident s’était enga­gé pour atteindre un effort de défense de 2 % en 2025, ce qui exige de nou­veaux cré­dits immé­diats. Sur cette base, il a main­te­nu Pierre de Villie

Le 12 juillet, le chef d’état-major pro­teste, devant le pré­sident, en conseil de défense. Avant de se rendre devant la com­mis­sion de la défense de l’Assemblée natio­nale pour une audi­tion à huis clos. Une fuite révé­le­ra son cour­roux : « Je ne me lais­se­rai pas bai­ser comme ça ! » Connu pour être franc et direct, Pierre de Vil­liers est applau­di par les dépu­tés. Avec les par­le­men­taires, les indus­triels de l’armement sonnent la mobilisation.rs à son poste pour un an, le 30 juin.

La suite