La Grèce face à l’injustice européenne.
|

La Grèce face à l’injustice européenne.

La Grèce ne fait plus beaucoup parler d’elle, comme si, après sa reddition d’il y a deux ans, elle était définitivement condamnée à toujours céder et obéir aux oukases de ses créanciers et de l’Union européenne : sa résistance serait ainsi définitivement brisée et c’est la Gauche radicale, devenue social-démocrate, qui est chargée de la sale besogne dont elle s’acquitte avec une grande (sinon bonne) conscience et une belle constance. Relisez les discours de M. Tsipras du début des années 2010 et, même, du début de l’été 2015, alors que le référendum grec faisait trembler tout l’édifice mal construit de la zone euro-monnaie unique qui ne s’avérait alors forte que de sa violence sociale : discours qui pouvaient se qualifier de « résistance » parce qu’ils semblaient vraiment l’incarner face aux décisions des banquiers et de la troïka UE-BCE-FMI, bras armé de la fameuse « gouvernance » en Europe des 28. C’était un autre temps, révolu et déjà oublié…

Ainsi, après plus d’une douzaine d’épisodes de baisses des pensions de retraite et des salaires, en particulier du public « captif » des fonctionnaires, la Grèce reçoit quelques secours de l’Eurogroupe sous la forme du déblocage de quelques milliards d’euros qui, en définitive, ne profiteront jamais aux Grecs ni à l’économie du pays, comme le reconnaît le quotidien libéral L’Opinion dans son édition du lundi 10 juillet : « Le conseil d’administration du Mécanisme européen de stabilité (MES), est (…) convenu vendredi de débloquer ce lundi une somme de 7,7 milliards d’euros. Les Grecs ne garderont pas l’argent longtemps : 6,9 milliards sont, en effet, destinés au service de la dette, c’est-à-dire à rembourser les créanciers. Et 800 autres millions à régler des arriérés de paiements. »

La suite