Cir­cu­lez, il n’y a rien à voir !

Cir­cu­lez, il n’y a rien à voir !

L’avis du Comi­té consul­ta­tif natio­nal d’éthique sur l’ouverture de la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée aux couples de femmes ain­si qu’aux femmes seules nous ren­voie à une réflexion fon­da­men­tale d’ordre anthro­po­lo­gique. Mais je constate qu’on vou­drait élu­der cette réflexion, au pré­texte qu’elle atti­se­rait les pas­sions. N’est-ce pas ce que sous-entend le comi­té lui-même ? Chris­tophe Cas­ta­ner, le porte-parole du gou­ver­ne­ment va dans le même sens, lorsqu’il déclare qu’il ne faut « sur­tout pas avoir des posi­tions trop fermes, trop dog­ma­tiques qui oppo­se­raient les uns et les autres ». En d’autres termes : sur­tout ne réflé­chis­sez pas trop ! Comme en contraste je com­prends et j’approuve le père Laurent Stal­la-Bour­dillon, direc­teur du ser­vice pas­to­ral d’étude poli­tique, lorsqu’il pro­teste : « Devant la mon­tée irré­pres­sible du pou­voir que prennent les bio-tech­no­lo­gies sur les ins­tances poli­tiques, aux­quelles rien ne semble pou­voir résis­ter, il semble utile de reprendre pied avec la phi­lo­so­phie. »

Une phi­lo­so­phie que l’on expulse, au nom de la sacro-sainte lutte contre les dis­cri­mi­na­tions, qui jus­ti­fie tout. Je lis, par exemple, Mme Irène Thé­ry dans Le Monde , mais elle est omni­pré­sente sur le sujet. Pas un mot sur la ques­tion du père, dans l’enfantement, l’accueil et l’éducation de l’enfant. Cir­cu­lez, il n’y a rien à voir. Pour Mme Thé­ry, évo­quer la ques­tion, c’est même insup­por­table. Pour­tant, il y a une ving­taine d’années elle s’était atta­quée phi­lo­so­phi­que­ment à la pater­ni­té bio­lo­gique et sym­bo­lique. C’était, il est vrai, pour la décons­truire. Décons­truire l’enracinement bio­lo­gique de la pro­créa­tion qui sup­pose la rela­tion homme-femme. Elle ten­tait alors, de toutes ses forces, de mini­mi­ser cette réa­li­té fon­da­men­tale, pour mieux déta­cher le sym­bo­lique de la dif­fé­rence sexuelle, qui est pour­tant consti­tu­tive de notre huma­ni­té.

La suite