Emma­nuel Macron évoque les « gens qui ne sont rien » et sus­cite les critiques

Emma­nuel Macron évoque les « gens qui ne sont rien » et sus­cite les critiques

Emma­nuel Macron lors de son dis­cours à la Sta­tion F, à Paris, jeu­di. Cré­dits pho­to : POOL/REUTERS

Lors de son dis­cours d’i­nau­gu­ra­tion de la Sta­tion F à Paris jeu­di, où un mil­lier de start-up sont accueillies, le pré­sident a évo­qué « des gens qui réus­sissent et des gens qui ne sont rien ». La for­mule, lar­ge­ment reprise, sus­cite des réac­tions d’a­no­nymes et de per­son­na­li­tés politiques.

Son dis­cours se vou­lait un paral­lèle entre son par­cours poli­tique et celui d’un entre­pre­neur. Mais une phrase choi­sie par Emma­nuel Macron lors de l’i­nau­gu­ra­tion jeu­di de la Sta­tion F, cam­pus géant dédié aux start-up et ini­tié par Xavier Nieup et ini­tié par Xavier Niel, a éclip­sé le reste. « Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réus­sissent et des gens qui ne sont rien », a affir­mé Emma­nuel Macron à la Halle Freys­si­net. La réfé­rence ren­voie au pas­sé du lieu, dépôt fer­ro­viaire jus­qu’en 2006, le long des voies de la gare d’Austerlitz.

Le pré­sident de la Répu­blique a filé cette méta­phore pen­dant son dis­cours. « Ne pen­sez pas une seule seconde que si demain vous réus­sis­sez vos inves­tis­se­ments ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réus­sissent et des gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où on passe, parce que c’est un lieu qu’on par­tage », a‑t-il dit dans le détail.

Et de conclure : « N’ou­bliez jamais en fai­sant chan­ger » votre pays « que vous devez le faire chan­ger pour long­temps, que vous avez à chaque ins­tant cette res­pon­sa­bi­li­té d’être né ou d’a­voir gran­di aus­si dans cette gare, à Paris, en France, en Europe, quelque part dans le monde, et que cela vous l’emmènerez tout au long de votre vie. » L’ex­trait du dis­cours a été pos­té dans la soi­rée sur le compte Twit­ter d’Em­ma­nuel Macron.

La suite