La Nation malade

La Nation malade

Il est évident que c’est dans la Nation que se trouve la réponse à la lutte col­lec­tive contre le virus et la peur qui s’ins­talle.

L’U­nion euro­péenne a fait la preuve de son inef­fi­ca­ci­té col­lec­tive, les nations, méfiantes et pres­sées, ont déci­dé seules de leurs des­tins.
Alors que le dis­cours poli­tique domi­nant est encore de dénon­cer le « repli natio­na­liste » et les « peurs xéno­phobes », toutes les fron­tières se ferment, toutes les éco­no­mies se mettent en panne.
En France, où un pré­sident et un gou­ver­ne­ment irres­pon­sables ont long­temps mini­mi­sé les risques de cette pan­dé­mie, il n’y a plus que le patrio­tisme pour sau­ver notre pays. C’est le patrio­tisme qui per­met à une Nation de gar­der le moral et d’af­fron­ter col­lec­ti­ve­ment une épreuve. Là encore, la nature nous rap­pelle, certes de manière radi­cale, qu’il existe un ordre qui dépasse les idéo­lo­gies et les contin­gences per­son­nelles.

L’Action fran­çaise appelle tous les Fran­çais à être soli­daires, sur le ter­rain, elle appelle ses mili­tants à se por­ter volon­taires là où cela sera utile et néces­saire en fai­sant vivre le pays réel, sans céder à la panique ni aux indi­vi­dua­lismes des­truc­teurs, pour pal­lier l’incurie de la Répu­blique. L’Ac­tion fran­çaise veille­ra à ce que l’o­li­gar­chie ne prenne pas odieu­se­ment pré­texte de l’é­pi­dé­mie qu’elle a lais­sée s’ins­tal­ler pour sup­pri­mer les rares liber­tés qui nous res­tent.

Dans ces moments dif­fi­ciles, nous invi­tons ceux de nos mili­tants et ceux des Fran­çais qui sont croyants à prier pour que l’épidémie épargne le plus grand nombre de nos conci­toyens, et nous invi­tons le peuple de France tout entier à gar­der l’es­pé­rance.