You are currently viewing Com­mu­ni­qué du col­lec­tif Résis­tance Francophone

Com­mu­ni­qué du col­lec­tif Résis­tance Francophone

L’Action Fran­çaise sou­tient sans équi­voque les asso­cia­tions de défense de la langue fran­çaise et de la fran­co­pho­nie et s’associe plei­ne­ment à ce communiqué

Com­mu­ni­qué de Presse 20 mars 2020

Semaine de la langue fran­çaise et de la Fran­co­pho­nie – COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF RESISTANCE FRANCOPHONE

Pour un Grand Débat sur la poli­tique lin­guis­tique de la France et de l’Union européenne

Arra­chage cultu­rel ? Sub­sti­tu­tion déli­bé­rée de l’anglo-américain à la « langue de la Répu­blique » (Consti­tu­tion, art. II‑a), qui est aus­si celle de la Fran­co­pho­nie inter­na­tio­nale ? Lingui­cide inavoué du fran­çais par ces « col­la­bos de la pub et du fric » que fus­ti­geait Michel Serres obser­vant : « il y a plus d’anglais sur les murs de Paris qu’il n’y avait d’allemand sous l’Occupation » ? 

Que ce soit dans la déno­mi­na­tion d’enseignes (entre 1000 exemples : La Four­chette deve­nant The Fork…), dans l’appellation de ser­vices publics (banque pos­tale créant sa filiale Ma French Bank ; Oui­go de la SNCF), dans l’intitulé d’émissions (The Voice Kids, Tonight info…), dans l’enseignement : du pri­maire à l’Université, est vio­lée sciem­ment par les res­pon­sables la loi Tou­bon : « le fran­çais est la langue de l’enseignement », une poli­tique lin­guis­tique inavouable est métho­di­que­ment appli­quée par les élites poli­tiques et éco­no­miques. Au plus haut niveau de l’État est pro­mue à toute occa­sion la French Tech ou la Start Up Nation et des évè­ne­ments offi­ciels en France sont nom­més Choose France, Makethe pla­net great again, etc. On en vient à craindre un consen­te­ment fran­çais post-Brexit à ce que l’UE impose l’anglais « langue com­mune » (unique de travail),alors que l’anglais n’est plus langue offi­cielle décla­rée d’aucun grand pays de l’Union… 

Face au bas­cu­le­ment lin­guis­tique ain­si enga­gé, les asso­cia­tions grou­pées encol­lec­tif Résis­tance fran­co­phone exigent un GRAND DÉBAT SUR LA POLITIQUE LINGUISTIQUE de la FRANCE et de l’UNION EUROPÉENNE. Car la sau­ve­garde de la diver­si­té cultu­relle et lin­guis­tique de l’humanité importe autant à son ave­nir que la défense de la diver­si­té des espèces.

Asso­cia­tions signataires :

- Alliance Cham­plain (à Nou­méa, Nou­velle Calé­do­nie) : Daniel Miroux, président ;

- Asso­cia­tion Fran­co­pho­nie Ave­nir (AFRAV) : Thier­ry Sala­din, secré­taire général ;

- Asso­cia­tion pour la pro­mo­tion de la Fran­co­pho­nie en Flandre (APFF ; Bel­gique) : Edgar Fonck, directeur ;

– Athe­na (UE ; Luxem­bourg) : Anna Maria Cam­po­grande, présidente ;

– Ave­nir de la Langue fran­çaise (ALF) : Albert Salon, pré­sident d’honneur) ;- Car­re­four des Acteurs sociaux (CAS) : Cathe­rine Dis­tin­guin, direc­trice du pôle francophone) ;

- Cercle lit­té­raire des Écri­vains che­mi­nots (CLEC) : Phi­lippe Deniard, président ; 

- Centre d’études et de réflexion sur le monde fran­co­phone (CERMF) : Ilyès Zoua­ri, président) ;

– COURRIEL : Georges Gas­taud, président ;

- Défense de la Langue fran­çaise (DLF) : Mar­ceau Déchamps, secré­taire général ;

- Défense de la Langue fran­çaise en Île de France (DLF-Paris) : Marc Favre d’Échallens, président ; 

- Défense de la Langue fran­çaise en pays de Savoie : Phi­lippe Rey­naud, président ; 

- Droit de Com­prendre (DDC) : Marc Favre d’Échallens, président ;

- Forum fran­co­phone inter­na­tio­nal (FFI-France) : Albert Salon, président ;

- Forum fran­co­phone inter­na­tio­nal (FFI-Qué­bec) : Fran­çois Gau­thier, président ; 

- Forum pour la France (FpF) : Hen­ri Fou­que­reau, secré­taire général ;

– Fran­co­pho­nie Force oblige (FFO) : Alain Ripaux, président ;

- Impé­ra­tif fran­çais (Qué­bec) : Jean-Paul Per­reault, président ;

– Ins­ti­tut Culture, Éco­no­mie, Géo­po­li­tique (ICEG) : Yves Mon­te­nay, président ; 

- Répu­blique exem­plaire : Michel Le Net, président ; 

- Syn­di­cat gar­dois CGT du Com­merce, de la Dis­tri­bu­tion et des Ser­vices : Sté­phane Leroux, secrétaire ;