L’Amour du Roi, dans la France d’aujourd’hui.

L’Amour du Roi, dans la France d’aujourd’hui.

On a tout expli­qué sur ces vota­tions, comme disent les Suisses ; pri­maires, secon­daires, pré­si­den­tielles, légis­la­tives. Mais il est plus dif­fi­cile de jus­ti­fier le refus d’aller voter, le vote blanc ou nul, l’abstention ! Pour beau­coup de Fran­çais, aucun can­di­dat ne s’est affir­mé vrai­ment cré­dible. Aucun can­di­dat n’a pu émou­voir les Fran­çais. Il est vrai que nous avions le choix entre des figures de Carême ou des « Tar­tuffe. » Triste alter­na­tive ! Bien tristes élec­tions, bien sopo­ri­fiques débats, mor­bides et ennuyeux au pos­sible : A dor­mir debout !

Moi, je rêve, je vis au royaume « d’Ailleurs en France. » Pro­fon­dé­ment roya­liste, je crois en mes rêves, et j’espère avec la Foi du char­bon­nier, voir reve­nir le Roi sur le Trône de France ! (Il faut déjà oser l’écrire, non ?) Vous me direz qu’il n’y a ni Trône ni Roi et plus beau­coup de France… Ce n’est pas com­plè­te­ment faux.

La France sub­siste comme elle peut der­rière ses fron­tières pas­soires, la Famille Royale de France sur­vit mal­gré toutes les vicis­si­tudes de l’existence, qui l’atteignent comme toutes les autres familles fran­çaises, en plus des lois d’exil et autres gracieusetés…Elle est tou­jours là, et si Roi il devait y avoir, il est bien là bien pré­sent, prêt à ser­vir ses Peuples. La des­cen­dance est éga­le­ment assu­rée, consciente de ses devoirs et for­mée pour assu­mer son rôle.

La suite