You are currently viewing PMA léga­li­sée : l’atteinte à l’enfance

PMA léga­li­sée : l’atteinte à l’enfance

Hier, nous par­lions éco­lo­gie. Aujourd’hui, nous sommes obli­gés de par­ler éco­lo­gie humaine. Pata­tras ! Autant, je me sen­tais des affi­ni­tés avec Nico­las Hulot, autant j’ai grand peur de me trou­ver en oppo­si­tion radi­cale avec Emma­nuel Macron à pro­pos d’une nou­velle trans­gres­sion majeure, celle qui concerne la PMA, la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée. Le can­di­dat avait clai­re­ment affir­mé son accord à une exten­sion de la PMA pour les couples de femmes, tout en atten­dant l’avis que devait pro­non­cer le Comi­té consul­ta­tif natio­nal d’éthique. Le comi­té s’étant pro­non­cé hier et d’une façon favo­rable au pro­jet d’extension, il y a tout à craindre d’un futur pro­jet de loi. Sans doute, Emma­nuel Macron avait-il aus­si énon­cé son sou­ci de ne pas pro­vo­quer de nou­velles frac­tures natio­nales, comme pour le mariage homo­sexuel. On peut craindre néan­moins, sous l’influence des lob­bies et des médias mas­si­ve­ment acquis à une cer­taine concep­tion des mœurs, d’entrer dans une autre bataille qui, à nou­veau, divi­se­ra pro­fon­dé­ment le pays.

Bien sûr, on est obli­gé de par­tir d’un fait, celui du flot­te­ment géné­ra­li­sé des concep­tions du monde, flot­te­ment que l’on est bien obli­gé de réfé­rer à la dif­fu­sion d’un nihi­lisme sour­nois. Il n’y a plus de convic­tions com­munes. On est donc obli­gé de se réfé­rer aux dis­cus­sions de cette ins­tance très par­ti­cu­lière qu’est un comi­té d’éthique. Comi­té, dont les pro­cé­dures sont assez proches de celles défi­nies par Haber­mas, sans les lour­deurs propres aux rap­ports de force poli­tiques. Encore faut-il, pour se mettre vrai­ment d’accord, pou­voir s’appuyer sur un mini­mum de per­cep­tions com­munes. Force est de consta­ter que ce mini­mum est plus que pro­blé­ma­tique. Et par ailleurs, le der­nier mot appar­tient tout de même au poli­tique qui tran­che­ra, en accu­sant encore plus, sans doute, les incompatibilités.

La suite