You are currently viewing Lettre ouverte à M. Darmanin

Lettre ouverte à M. Darmanin

Par le Bureau poli­tique de l’Ac­tion française

Mon­sieur le Ministre,

Ven­dre­di 17 décembre 2021, au siège de notre mou­ve­ment pari­sien, des mili­tants de la Fédé­ra­tion Roya­liste d’Ile-de-France ont été atta­qués par une tren­taine de mili­tants anti­fas­cistes armés. Cette agres­sion s’inscrit dans une suite de vio­lences à l’égard de nos militants :

- Dimanche 5 décembre, un mili­tant est atta­qué par 8 agres­seurs alors qu’il pre­nait le métro pour ren­trer chez lui.

- Jeu­di 9 décembre, une employée d’Action fran­çaise âgée de 20 ans, accom­pa­gnée de deux amis, a été agres­sée à la sor­tie de nos locaux pari­siens. L’un d’eux a éco­pé de 5 jours d’ITT.

Ces der­nières années, l’Action fran­çaise ne compte plus le nombre d’agressions à son encontre : attaque d’un res­tau­rant et d’un col­loque (sur le thème « Refon­der le Bien Com­mun »…) par 50 mili­tants d’extrême-gauche ; jet d’un sac de pierres du 6e étage d’un immeuble pari­sien sur une mani­fes­ta­tion d’AF comp­tant de nom­breuses familles avec enfants ; attaque à la bombe arti­sa­nale de nos locaux de Mar­seille ; des gre­nades et des balles pos­tées dans notre boite aux lettres ; ten­ta­tives d’intrusions à 3 reprises à notre siège…

Il y a deux ans déjà, dans un entre­tien pour le men­suel L’Incorrect, notre secré­taire géné­ral décla­rait : « La vio­lence à l’égard de l’Action fran­çaise est désor­mais heb­do­ma­daire. » Rien n’a chan­gé depuis. L’impunité totale est la règle pour les mili­tants d’extrême-gauche.

Nous étions déjà conscients de l’inconséquence du gou­ver­ne­ment qui ne cesse de jouer au pom­pier pyro­mane. La Répu­blique passe son temps à dis­soudre des asso­cia­tions, y com­pris « des grou­pe­ments de fait », tout en lais­sant des grou­pus­cules vio­lents d’antifas sévir. Nous ne sommes pas SOS Racisme. Nous ne joue­rons pas les pleu­reuses de cir­cons­tance mais cela ne doit pas nous empê­cher de noter l’impunité com­plète dont semblent jouir les mili­tants d’extrême-gauche.

Si ces pré­ten­dus anti­fas portent mal leur nom, leur vio­lence est bien réelle, sans comp­ter l’indulgence de vos ser­vices. Aucune des enquêtes ouvertes à la suite des agres­sions que nous subis­sons de la part des « anti­fas » n’a abou­ti. Mais ces enquêtes ont-elles seule­ment été ouvertes ?

Dans un pays qui met sur le fron­ton de chaque mai­rie le mot « Liber­té », il est curieux de voir cette obses­sion du pénal et cette ten­dance à muse­ler toute oppo­si­tion. Il est connu que la Répu­blique gou­verne mal mais se défend bien, car faute d’incarner la légi­ti­mi­té et de vou­loir gou­ver­ner au ser­vice du Bien com­mun, elle se contente bien sou­vent de jouer les bou­te­feux. Alors que les vio­lences aug­mentent en France (+10% cette année par rap­port à l’an der­nier), le gou­ver­ne­ment pré­fère lais­ser le désordre se pro­pa­ger. Est-ce dans un objec­tif de mise au pas du pays réel ? Est-ce aus­si dans un objec­tif de répres­sion géné­ra­li­sée de toute vraie oppo­si­tion poli­tique à la veille d’échéances élec­to­rales impor­tantes, sur la liber­té des­quelles la ges­tion de la pan­dé­mie par le Gou­ver­ne­ment laisse déjà pla­ner des doutes ?

Quoi qu’il en soit, les anti­fas­cistes de paco­tille, mais véri­tables agres­seurs, demeurent les idiots utiles d’un Etat inca­pable de régu­ler la véri­table vio­lence. Nous ne dou­tons pas de quel côté se range votre minis­tère lorsque l’on voit le sort que vous avez réser­vé aux gilets jaunes, mais si une solu­tion n’est pas rapi­de­ment trou­vée pour régu­ler la vio­lence poli­tique, c’est à l’Etat que nous deman­de­rons des comptes.

L’Action fran­çaise ne se lais­se­ra pas détour­ner de la seule défense de l’intérêt natio­nal. Nous ne lâche­rons pas, nous ne lâche­rons jamais.

Nous vous prions d’a­gréer, Mon­sieur le Ministre, l’ex­pres­sion de notre haute considération.

Hen­ri Bec
Fran­çois Bel-Ker
Charles du Geai
Fran­çois Mar­cil­hac
Phi­lippe Mes­nard
Sté­phane Murat­ti
Oli­vier Per­ce­val
Fran­cis Venciton