You are currently viewing Ridi­cule

Ridi­cule

L’EDITORIAL de Phi­lippe SCHNEIDER (la lor­raine Royaliste)

Cet homme qui est, hélas, à la tête de notre pays nous fait honte. S’il ne fai­sait que se ridi­cu­li­ser, ce ne serait pas grave mais il ridi­cu­lise en même temps la France, et cela est impor­tant pour nous.  Pre­nons quelques exemples :

Il y eut le 8 octobre der­nier un pseu­do som­met « France-Afrique » à Mont­pel­lier. Près de 3.000 par­ti­ci­pants dont une majo­ri­té de « jeunes » demeu­rant en France et quelques « intel­lec­tuels » – anglo­phones ! – « déco­lo­niaux » hai­neux envers notre pays. Macron a mon­tré ain­si son pro­fond mépris pour les diri­geants afri­cains, dont aucun n’était invi­té. Ce som­met n’avait pour but que de faire par­ler de notre Pré­sident au dépend de nos amis afri­cains. Per­sonne n’aurait osé faire ain­si du temps des colo­nies : nous avions, en France, plus de res­pect pour eux. Ce som­met a ridi­cu­li­sé la France en Afrique.

A Rome, plus pré­ci­sé­ment à l’ambassade de France au Vati­can, les Pré­si­dents Macron et Biden se ren­contrent. L’Américain avait une heure et demie de retard mon­trant ain­si le peu d’estime qu’il a pour notre pays et son chef. Notre Pré­sident aurait du par­tir au bout d’un quart d’heure, mon­trant ain­si que l’on ne se moquait pas de la France. Au lieu de cela, il a atten­du et Biden s’est même moqué de lui concer­nant le contrat de sous-marins avec l’Australie. Macron, la aus­si, s’est ridi­cu­li­ser et notre pays avec.

A Rome encore, lors de sa ren­contre avec Sa Sain­te­té le Pape Fran­çois le 26 novembre, notre pré­sident s’est per­mis une fami­lia­ri­té indé­cente allant même jusqu’à le tutoyer. Quel manque de res­pect ! Même les anti­clé­ri­caux de la IIIème répu­blique n’auraient pas osé une telle stu­pide « familiarité » !

Les atti­tudes du loca­taire de l’Elysée sont affli­geantes et je pour­rai faire une liste beau­coup plus grande sim­ple­ment en rap­pe­lant cer­tains faits à Paris, en Gua­de­loupe ou ailleurs…

Ce Pré­sident nous fait vrai­ment honte et devient la risée du monde entier.  Quel désastre !

Toute sa poli­tique va dans le sens de la dis­pa­ri­tion de la France d’abord dans une Union Euro­péenne tou­jours plus fédé­rale – c’est le sens de « l’accord » avec l’Italie du 26 novembre der­nier – puis dans un « mon­dia­lisme » de plus en plus affir­mé. En cela, Macron montre bien qu’il est un homme d’une gauche anti fran­çaise, bon héri­tier de Fran­çois Hol­lande, en pire ! Ajou­tons la vente à l’étranger de nos entre­prises y com­pris (sur­tout ?) quand elles sont vitales pour notre défense natio­nale comme Laté­coère.  De gauche – je pour­rai même dire d’extrême gauche – aus­si sur le plan dit « socié­tal » avec la loi faus­se­ment dite « bioé­thique », l’allongement du délai d’avortement, toute sa poli­tique anti fami­liale. Ajou­tons le sou­tien dis­cret mais effi­cace à la pro­pa­gande dite « anti colo­niale », le « wor­kisme » (quel affreux mot), cette volon­té de des­truc­tion venue d’Amérique mais qui res­semble étran­ge­ment à celle de la révo­lu­tion dite française !

Rap­pe­lons aus­si qu’il ne fait rien pour que la Nou­velle Calé­do­nie reste fran­çaise et si, comme nous devons l’espérer pour la France et les Néo calé­do­niens, elle reste fran­çaise, il n’y sera pour rien ! Vou­drait-il aus­si aban­don­ner les Antilles Fran­çaises ? Nous pou­vons le craindre après les der­nières décla­ra­tions de son sous ministre. Bien enten­du, dans un cadre nor­mal d’une France royale, il serait sou­hai­table que ces iles béné­fi­cient d’une grande décen­tra­li­sa­tion. Ce serait sou­hai­table d’ailleurs aus­si pour les pro­vinces de métro­poles : pour­quoi la Lor­raine serait gou­ver­née de la même manière que la Bre­tagne ou la Pro­vence ? Voi­la les liber­tés réelles. Mais est-ce pos­sible dans notre répu­blique jaco­bine ? Je ne crois pas au risque d’éclatement.

En atten­dant, le gou­ver­ne­ment et les médias nous abreuvent en boucle d’informations sur le « covid ». Cela occupe l’esprit de la popu­la­tion tout en cachant la situa­tion désas­treuse de notre pays et en limi­tant de plus en plus les liber­tés des Fran­çais, ins­ti­tuant petit à petit un véri­table « tota­li­ta­risme ». Pour­tant, tous les Fran­çais ne se couchent pas. Ils sont nom­breux à sou­hai­ter une réac­tion puis­sante pour rele­ver la France. Cer­tains croient voir en un ancien chro­ni­queur deve­nu homme poli­tique – Eric Zem­mour pour ne pas le nom­mer – une planche de salut. Est-ce sérieux ? Même s’il exprime quelques bonnes idées – mais il n’est pas le seul – il reste ambigüe. Ce qui est sur, c’est qu’il fait peur à la « classe diri­geante » (les valets de la haute finance) et cela peut faire plai­sir. Ils feront tout pour l’éliminer quitte à revoir quelque peu les pra­tiques élec­to­rales : per­mettre de nou­veau le vote par cor­res­pon­dance qui faci­lite beau­coup les fraudes, rai­son pour laquelle il a été sup­pri­mé en 1975. Intro­duire le vote élec­tro­nique… Que ne serait-il pas prêt à inven­ter pour « défendre la république » ?

Il faut le dire et le répé­ter : il ne peut y avoir une « bonne » répu­blique en France. Elle a été faite et impo­sée à notre pays pour le détruire et elle y arrive fort bien quelque soit l’équipe au pou­voir. C’est le sys­tème qui est mau­vais en lui-même.

Alors, faut-il s’intéresser à la consul­ta­tion qui arrive ? Sans doute car selon la per­sonne élue, elle peut, avec son équipe, plus ou moins accé­lé­rer ou ralen­tir la déca­dence du pays et pro­té­ger nos conci­toyens. Le pire serait qu’Emmanuel Macron soit réélu. Il faut donc tout faire que cela ne se fasse pas.

Pour le reste, le plus impor­tant, il est vital pour la France et tous les Fran­çais de pour­suivre notre com­bat pour le réta­blis­se­ment de la monar­chie royale fran­çaise et per­mettre à notre Roi Jean de régner. Au travail !