You are currently viewing Le « passe sani­taire » : Le nou­veau bre­vet de citoyenneté

Le « passe sani­taire » : Le nou­veau bre­vet de citoyenneté

Par Oli­vier Perceval

« Le pass sani­taire a été mis en place dans le cadre d’une loi d’urgence, et il a démon­tré son effi­ca­ci­té. Aujourd’hui, il pour­rait ren­trer dans le droit com­mun, comme le car­net de vac­ci­na­tion pour les enfants ou le per­mis de conduire, c’est-à-dire comme un outil qu’on doit avoir sous la main, et qu’on peut sor­tir en cas de besoin »

Anne Gene­tet, dépu­tée et porte-parole LREM

Au début, en lisant ce « tweet » (avec cette manière d’écrire ser­vi­le­ment « pass » à la manière anglo-saxonne), nous pou­vions pen­ser : « oh la gourde, elle a mis les pieds dans le plat », puis à l’évidence il fal­lait pen­ser, avec l’annonce par le pré­sident lui-même de son inten­tion de main­te­nir la pos­si­bi­li­té de recou­rir au « passe sani­taire » jusqu’à l’été pro­chain, que se met­tait for­mel­le­ment en place un sys­tème de sur­veillance et de dis­cri­mi­na­tion des Fran­çais. Cette manière de pro­cé­der visant bien sûr à envoyer quelques sondes pour ana­ly­ser les réac­tions de l’opinion publique.  Madame Anne Gene­tet, dépu­tée obs­cure de LREM, mais affu­blée quand même du titre de porte-parole, a sim­ple­ment fait ce que son appa­reil  poli­tique lui a deman­dé de faire.

Cer­tains com­men­ta­teurs média­tiques s’interrogent, d’autres se féli­citent. Mais il est presque sûr qu’une majo­ri­té de doubles, triples ou qua­druples vac­ci­nés qui se sont vu accé­der aux pri­vi­lèges dont naguère jouis­saient tous les Fran­çais, seront satis­fait d’une pro­lon­ga­tion sine die de leur sta­tut de membre de la nou­velle élite. Ils seront désor­mais ceux qui peuvent accé­der aux spec­tacles, aux res­tau­rants et à toutes mani­fes­ta­tions col­lec­tives en leur qua­li­té de bon citoyen altruiste à l’esprit civique.

Gageons que d’ici peu de temps, nous devrons répondre à des ques­tion­naires du genre : Accep­tez-vous la recon­nais­sance faciale par des camé­ras dis­sé­mi­nées un peu par­tout, accep­tez-vous le trans­hu­ma­nisme déter­mi­nant pour le pro­grès, croyez-vous au grand rem­pla­ce­ment ? Et même des ques­tions sur vos croyances, vos points de vue phi­lo­so­phiques si vous en avez… ?

Ain­si nous ache­mi­nons-nous vers le sys­tème de « cré­dit social » mis en place par la Chine qui scan­da­li­sait tel­le­ment hier les médias occi­den­taux les­quels s’étranglaient d’émotion et n’avaient pas de mots assez durs devant une telle dictature.

Dans « le meilleur des mondes », Aldous Hux­ley montre que le tota­li­ta­risme est beau­coup plus effi­cace et durable, quand il est consen­ti par tout un peuple et qu’il avance sub­ti­le­ment par petites touches, des petites piqûres anes­thé­siantes et sans dou­leurs, qui flattent les uns et flé­trissent les autres.

Évi­dem­ment, mon pro­pos est celui d’un « com­plo­tiste, » et pro­non­çant le mot de dic­ta­ture ce qui fait hur­ler les com­men­ta­teurs poli­tiques qui sévicent sur les pla­teaux télés et autres lieux de presse, les­quels envoient l’argument d’autorité : « Nous ne pour­rions pas nous expri­mer comme on le fait aujourd’hui si nous étions dans une dic­ta­ture, nous ne sommes pas en Corée du nord ! aboient-ils ».

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.