You are currently viewing L’affaire Obo­no au tri­bu­nal : Valeurs actuelles, pré­su­mé coupable

L’affaire Obo­no au tri­bu­nal : Valeurs actuelles, pré­su­mé coupable

Le pro­cès qui s’est tenu, le 23 juin, au tri­bu­nal judi­ciaire de Paris avait-il pour but de prou­ver une éven­tuelle injure ou de blâ­mer toute une publi­ca­tion ? Dans l’at­tente du juge­ment, force est de consta­ter que l’air du temps est deve­nu féro­ce­ment into­lé­rant à la liber­té d’expression.

La ques­tion avait agi­té une par­tie des “enquê­teurs” du Tout-Paris média­tique, à la fin du mois d’août der­nier, au moment où l’ultime épi­sode du roman de l’été de Valeurs actuelles , qui pro­pul­sait la dépu­tée insou­mise Danièle Obo­no dans l’Afrique du XVIIIe siècle, était deve­nu le prin­ci­pal objet de contro­verse du débat public fran­çais : qui se cache der­rière le pseu­do­nyme Har­pa­lus ? Les uns envoyaient des SMS pour nous son­der, les autres prê­chaient le faux pour savoir le vrai, comme si la réponse inté­res­sait quelqu’un, en dehors des ven­geurs de la can­cel culture atti­rés par l’odeur du scan­dale. Ceux-là ont eu leur réponse : ce mer­cre­di 23 juin 2021, Har­pa­lus est sur le banc des pré­ve­nus de la 17e chambre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Paris.

La suite