Vincent Bol­lo­ré, l’artisan du duo de choc Chris­tine Kel­ly-Éric Zem­mour patron d’Europe 1 ?

Vincent Bol­lo­ré, l’artisan du duo de choc Chris­tine Kel­ly-Éric Zem­mour patron d’Europe 1 ?

Pour cer­tains, ce n’est plus qu’une ques­tion d’heure : Vincent Bol­lo­ré s’apprête à rache­ter Europe 1. Celui qui, dixit un de ses conseillers, « a en com­mun avec Zem­mour une détes­ta­tion de la bien-pen­sance, du confor­misme, du socia­lisme » a déci­dé­ment un appé­tit sans limite. Car c’est bien à lui qu’on doit cette bulle de liber­té qui flotte sur les pla­teaux de CNews, ce petit air frais qui se dégage des pres­ta­tions d’Éric Zem­mour, cette liber­té de ton qui carac­té­rise les émis­sions de Pas­cal Praud et des ses invi­tés, cette éclair­cie dans le morne hori­zon de l’espace télé­vi­suel dans lequel la France s’embourbait. Et ce n’est pas notre rédac­trice en chef à Bou­le­vard Vol­taire qui devrait nous dire le contraire…

Com­pa­ré, selon les uns, à « Alexandre le Grand », à « Gen­gis Khan » pour les autres, Vincent Bol­lo­ré est un grand indus­triel fran­çais. Qui a bâti un empire depuis la petite entre­prise bre­tonne fami­liale de papier à ciga­rettes (OCB comme Bol­lo­ré) jusqu’en Afrique grâce au fret, au tra­fic por­tuaire, à la logis­tique pétro­lière, mais qui a éga­le­ment déve­lop­pé le mar­ché de la voi­ture élec­trique et les bat­te­ries au lithium. Aujourd’hui, le groupe Bol­lo­ré, c’est désor­mais l’une des 500 plus grandes com­pa­gnies mon­diales qui emploie 84.000 col­la­bo­ra­teurs dans le monde entier.

La suite