L’Afrique Réelle n°125 – Mai 2020
|

L’Afrique Réelle n°125 – Mai 2020

Sommaire

Dossier : Qui sont les jihadistes sahéliens ?
– Sahel : jihadisme ou banditisme jihadisé ?
– Au nord, des trafics abrités derrière le paravent islamique
– Macina-Soum-Liptako, des causes d’abord endogènes
– La région des « quatre frontières », front oriental du Sahel

Editorial de Bernard Lugan : Sahel : et si le développement provoquait la guerre ?

Les conflits du Sahel central ne sont pas une conséquence de la raréfaction des ressources alimentaires puisque, entre 1999 et 2016, la production céréalière y a été multipliée par trois. Parallèlement, le terrorisme a embrasé la région. Pourquoi ?
Si les ressources alimentaires ont été multipliées par trois, c’est parce que les surfaces cultivées ont augmenté de 25 %. Un résultat essentiellement obtenu par la mise en culture de pâturages. Donc aux dépens des pasteurs. Sur leurs anciens terrains de parcours, les Peul ont ainsi vu s’installer des colons allochtones dont, avant la colonisation, ils razziaient les ancêtres. Leur mode d’existence étant menacé, ils se sont tournés vers les jihadistes. Plus généralement, si nous regardons les microphénomènes, et non plus les seuls macrophénomènes, nous constatons que ce n’est pas tant autour des anciens points d’eau qu’ont lieu les affrontements, mais autour des nouveaux puits creusés par les ONG et des surfaces d’irrigation subventionnées par l’Union européenne. Certains projets maraichers portés par les « sauveurs de la planète » sont même de véritables facteurs de guerre. Ils quadrillent en effet des zones humides désormais interdites aux pasteurs et qui leur sont pourtant vitales. 

La suite