L’A­frique Réelle N°90 – Juin 2017
|

L’A­frique Réelle N°90 – Juin 2017

Som­maire

Actua­li­té :

  • - Les dos­siers afri­cains du pré­sident Macron
  • - Libye : der­rière la bataille de Brak
  • - Cen­tra­frique : Les quatre erreurs de Fran­çois Hollande
  • - Algé­rie : une socié­té blo­quée au bord de l’implosion

Eco­no­mie :

L’impasse éco­no­mique africaine

Géné­tique :

L’Afrique du Nord n’est pas arabe

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan :

Mis­ra­ta et l’anarchie libyenne

En Libye la guerre est désor­mais totale. Jusqu’à pré­sent tous se bat­taient contre tous dans un cli­mat d’anarchie duquel aucune solu­tion ne pou­vait émer­ger. Désor­mais, trois grands camps s’affrontent qui devraient peu à peu enger­ber les mul­tiples forces secon­daires qui mettent le pays en coupe réglée. Nous com­men­çons donc à y voir plus clair car, c’est du rap­port de force qui va s’établir entre ces trois grandes com­po­santes que sor­ti­ra la paix future et la recons­truc­tion de la Libye.

1) En Cyré­naïque, depuis le début du mois de mai 2014, le géné­ral Kha­li­fa Haf­tar, a lan­cé l’Opération digni­té contre les milices isla­mistes. Aujourd’hui, il contrôle la région, à l’exception de la ville de Der­na. Après les der­niers atten­tats diri­gés contre les coptes et qui furent télé­gui­dés depuis Der­na, le maré­chal Sis­si va appuyer encore davan­tage le géné­ral Haf­tar, avec une prio­ri­té : liqui­der cette poche islamiste.

Le géné­ral Kha­li­fa Haf­tar est issu de la tri­bu des Fer­ja­ny dont le fief est la ville de Syrte, ville natale du colo­nel Kadha­fi. Il fut avec ce der­nier, un des auteurs du coup d’Etat mili­taire qui ren­ver­sa le roi Idriss en 1969. S’il s’est ensuite brouillé avec son cama­rade, il n’a en revanche jamais rom­pu les liens avec sa tri­bu, ce qui le place au cœur d’une alchi­mie tri­bale stra­té­gique située à la jonc­tion de la Cyré­naïque et de la Tri­po­li­taine. Il est sou­te­nu par l’Egypte, les Emi­rats arabes unis et la Rus­sie. Actuel­le­ment, il livre bataille dans le Fez­zan afin d’isoler les forces de Mis­ra­ta (voir l’article consa­cré à la bataille de Brak page 3 de ce numéro).

2) A Tri­po­li, le GLUN (Gou­ver­ne­ment libyen d’union natio­nale) est désor­mais dis­po­sé à s’entendre avec le géné­ral Haf­tar. C’est pour­quoi il est actuel­le­ment com­bat­tu par Mis­ra­ta (Frères musul­mans) qui serait la grande per­dante d’un accord GLUN-Haf­tar. Alliées à de mul­tiples com­po­santes isla­mistes, les milices de Mis­ra­ta occupent une par­tie de Tri­po­li, ce qui pro­voque l’exaspération de la popu­la­tion. Pour mémoire, le 15 novembre 2013, les mili­ciens de Mis­ra­ta y avaient ouvert le feu sur une foule récla­mant déjà leur départ, fai­sant plu­sieurs dizaines de morts et des cen­taines de blessés.

La suite