Pro­cu­rez vous le n° 56 de la Nou­velle Revue Universelle

Pro­cu­rez vous le n° 56 de la Nou­velle Revue Universelle

Le

LA CATHÉDRALE EFFONDRÉE Ce numé­ro lar­ge­ment consa­cré à Pierre Debray a été construit autour d’un de ses textes, court mais majeur, La cathé­drale effon­drée (cf. p. 111). À cette méta­phore évo­quant notre civi­li­sa­tion en crise, les flammes sur­gies de la nef de Notre-Dame le 15 avril sont venues offrir une illus­tra­tion aus­si inat­ten­due que tra­gique.
► PIERRE DEBRAY – Un bref par­cours bio­gra­phique
PREMIÈRE PARTIE De 1899 à 1999,
une tra­ver­sée du siècle Gérard LECLERC – PIERRE DEBRAY TEL QUE JE L’AI CONNU Nul ne pou­vait mieux que Gérard Leclerc racon­ter l’itinéraire de Pierre Debray : d’abord chao­tique, navi­guant entre Jésus-Christ et Sta­line, puis mar­qué par la décou­verte fou­droyante de Maur­ras, en qui il déce­la un pro­phète du XXe siècle. Il enten­dait en pro­lon­ger la réflexion, sans rien lâcher de son ardente foi chré­tienne.
Phi­lippe LALLEMENT – UN « AGGIORNAMENTO » MAURRASSIEN Décou­vrant que, dans son maître-livre l’Avenir de l’intelligence, Maur­ras avait pro­phé­ti­sé les impasses du monde actuel et prou­vé qu’elles n’avaient d’autre issue que poli­tique, Pierre Debray a déci­dé d’en véri­fier la per­ti­nence et l’adaptabilité à nos propres pro­blé­ma­tiques. 
Pierre DEBRAY – Pour une aris­to­cra­tie popu­laire – Le poli­tique d’abord A tra­vers deux textes de 1970 et 1973, une mise au point magis­trale sur le véri­table sens à don­ner à la for­mule si contro­ver­sée du poli­tique d’abord. Loin des réduc­tions cari­ca­tu­rales, Debray des­sine au contraire des pers­pec­tives propres à sti­mu­ler l’imagination.
DEUXIÈME PARTIE Entre Lénine et Maur­ras
Axel TISSERAND – BOUTANG, « L’INTERCESSEUR » Le trans­fert d’allégeance du com­mu­nisme au maur­ras­sisme décrit à tra­vers le dia­logue Debray-Bou­tang, entre l’hebdomadaire com­mu­ni­sant Action et Aspects de la France lors de la cam­pagne contre la CED, et la cri­tique par Debray dans Témoi­gnage Chré­tien du pre­mier livre de Bou­tang La Poli­tique, sans omettre la stu­pé­fiante décou­verte que Debray fit de Maur­ras dans… la biblio­thèque de Mos­cou !
Michel MICHEL – PIERRE DEBRAY, JE ME SOUVIENS… Un témoi­gnage très per­son­nel sur les dons péda­go­giques de Debray. Dans les camps d’été notam­ment, il avait l’art, non seule­ment de trans­mettre des connais­sances, mais sur­tout d’éveiller chez les jeunes l’esprit cri­tique et le sens du dis­cer­ne­ment. Ain­si orien­tait-il les curio­si­tés vers des régions fer­tiles, sus­ci­tant par­fois des voca­tions…
Pierre DEBRAY – Un « empi­risme » au ser­vice de la cité Dans Un catho­lique retour de l’URSS (1950), Pierre Debray, après des cha­pitres appa­rais­sant d’une éton­nante naï­ve­té à l’égard du régime sovié­tique, finit par récla­mer pour l’Église la liber­té d’apostolat – et conclut par une pro­fes­sion de foi natio­na­liste, fon­dée sur empi­risme déjà « orga­ni­sa­teur »
TROISIÈME PARTIE De la tra­gé­die algé­rienne à la crise de civi­li­sa­tion
Danièle MASSON – LE PIED-NOIR ALBERT CAMUS Debray et Camus dans l’optique de l’essai de J.F. Mat­téi Com­prendre Camus. Debray fut seul, après 1962, à rendre hom­mage, par une réunion publique à la Mutua­li­té, au « pied-noir Albert Camus », en fon­dant un club Albert Camus. L’article qu’il lui a consa­cré dans l’Ordre fran­çais de juillet 1963 éclaire son inten­tion.
Oli­vier DARD – LE « MODÈLE » PORTUGAIS C’est dans l’ensemble de son tra­vail de recherche sur le sala­za­risme qu’Olivier Dard a resi­tué l’étude de Pierre Debray Le Por­tu­gal entre deux révo­lu­tions, publiée à la fin de 1962, quelques mois après l’indépendance de l’Algérie : on pou­vait alors se deman­der si, en Afrique, Sala­zar n’allait pas réus­sir là où la France avait échoué.
Pierre DEBRAY – La Cathé­drale effon­drée Dans l’avant-propos d’un essai à trois voix avec Hen­ri Mas­sis et Louis Damé­nie, Debray uti­lise la méta­phore de la cathé­drale effon­drée pour décrire notre socié­té en crise, l’écroulement de l’esprit public et la dis­so­lu­tion du « pays réel ». L’heure est à la recons­truc­tion.
Fran­çoise LUCROT – LES SILENCIEUX DE L’ÉGLISE PRENNENT LA PAROLE Entre­tien-témoi­gnage sur une expé­rience excep­tion­nelle : ce que fut, vu par sa prin­ci­pale actrice, la nais­sance du mou­ve­ment des Silen­cieux de l’Église qui ten­ta d’enrayer la décom­po­si­tion du catho­li­cisme fran­çais. Un « moment » fon­da­men­tal des ini­tia­tives prises par Pierre Debray.
Alain VIGNAL – « SOMMES-NOUS ENCORE CHRÉTIENS EN 2020 ? » Syn­thèse et actua­li­sa­tion de la der­nière publi­ca­tion (post­hume, fin 1999) de Pierre Debray Nos enfants seront-ils encore chré­tiens en 2020 ? La ques­tion a été posée par l’archevêque de Lille, Mgr Defois. Ce texte, pré­pa­ré à la veille de sa mort, résume toute son expé­rience de conver­ti, et appa­raît comme son tes­ta­ment spi­ri­tuel.
Hum­ber­to CUCCHETTI – DERNIERS COMBATS Un extrait de Contre-com­mu­niste, la seule mono­gra­phie consa­crée à Pierre Debray. Il traite des nou­veaux thèmes abor­dés par Debray après la chute du com­mu­nisme : les sectes et le néo-paga­nisme, l’Église et l’homosexualité, le Front natio­nal et la « révolte des exclus ».
Pierre DEBRAY – Avec Ber­na­nos : « Être héroïque ou n’être plus » En 1931, alors que Maur­ras s’apprêtait à être le pre­mier à dénon­cer la menace hit­lé­rienne, Ber­na­nos, lui, se pré­oc­cu­pait du monde futur, et annon­çait « l’avènement d’une socié­té orga­ni­sée pour se pas­ser de Dieu. » Maur­ras et Ber­na­nos : quelle céci­té pro­fonde que de ne pas voir leur ver­ti­gi­neuse com­plé­men­ta­ri­té !
► PIERRE DEBRAY – Elé­ments bibliographiques

A com­man­der à la Librai­rie de Flore