« Anti­ci­per la mon­tée des menaces »

« Anti­ci­per la mon­tée des menaces »

ors des récentes audi­tions devant les com­mis­sions de la Défense de l’Assemblée natio­nale et du Sénat, les quatre chefs d’état-major ont insis­té sur l’absolue néces­si­té de dis­po­ser des res­sources pré­vues dans la loi de pro­gram­ma­tion mili­taire (LPM 2019 – 2025).  Ils ont rap­pe­lé que, non seule­ment il était urgent de rem­pla­cer nos maté­riels vieillis­sants, mais aus­si de dur­cir les moyens et l’entraînement de nos forces, de don­ner de « l’épaisseur » à nos armées, ain­si que de déve­lop­per des capa­ci­tés nou­velles notam­ment dans les domaines cyber et spatial.


Des pro­pos d’alerte stra­té­gique bien peu médiatisés

Les comptes ren­dus de ces audi­tions consti­tuent une mine d’informations et il est conster­nant de voir que les pré­oc­cu­pa­tions des grands res­pon­sables mili­taires demeurent qua­si­ment confi­den­tielles tan­dis que des chro­ni­queurs abordent les ques­tions de Défense sans avoir la moindre compétence.

Quel média du ser­vice public a inter­viewé, à une heure de grande écoute, ces géné­raux qui engagent la vie de 250 000 Fran­çais dans des opé­ra­tions com­plexes, de jour comme de nuit, 365 jours par an sur toute la sur­face du globe ? Qui leur demande com­ment sont uti­li­sés les 35 mil­liards d’euros du bud­get de la Défense ? Com­bien de jour­na­listes s’inquiètent des insuf­fi­sances de nos armées et dans quels domaines ?

La ministre des Armées a recon­nu celles du ser­vice de san­té des Armées au regard de ses effec­tifs et des besoins à cou­vrir tant en Métro­pole et en Outre-mer qu’en opé­ra­tion. Per­sonne ne cherche à savoir com­ment les armées, mal­gré la crise de la Covid, s’entraînent et rem­plissent leurs mis­sions de défense de l’espace aérien, des approches mari­times et du territoire.

La suite