Mort déca­pi­té

Mort déca­pi­té

Par Jeanne Estérelle

Le 15 octobre, sous le cou­pe­ret, jaillit le sang de la Reine, bleu. La mémoire en a écla­bous­sé, mal­gré eux, le pro­fes­seur d’histoire déca­pi­té et son assas­sin. Ce fait est encore plus sur­pre­nant que le cro­quis de David dont l’éclat du mar­tyr a éteint le trait sati­rique pour ne lais­ser suin­ter que la haine. Marie-Antoi­nette a pro­je­té la lumière du sacre sur la cari­ca­ture de Maho­met vouée à la mort.

Quelles qu’aient été ses convic­tions secrètes, le fonc­tion­naire de l’Education Natio­nale assas­si­né a sui­vi la ligne des jour­na­listes de com­bat, appa­rus à la Révo­lu­tion, jusqu’à s’identifier aux cari­ca­tu­ristes de Char­lie Heb­do. Le pro­fes­seur athée qui étouffe dans le car­can des Droits de l’homme ins­pire, en effet, l’air vicié de la cari­ca­ture pour lut­ter contre l’obscurantisme auquel il s’est de lui-même atta­ché de plein gré.

La ser­vi­tude volon­taire1asphyxie le corps ensei­gnant qui prône la rébel­lion sans jamais s’insurger contre l’idéologie men­son­gère des manuels sco­laires, puisqu’elle n’entrave pas la liber­té d’expression ! La fal­si­fi­ca­tion de l’histoire l’accule, en revanche, à reven­di­quer le droit au blas­phème au mépris de sa force létale. La majo­ri­té de ses membres se vouent donc à expi­rer plu­tôt qu’à admettre « la guerre totale »qui a com­men­cé, comme le mar­tèle Boua­lem Sensal.

Les vers oubliés de Ron­sard qui célèbre l’invincible, indomp­table Mar­tel2 croisent l’avertissement du roman­cier algérien :

Ain­si leur camp en bandes divisé,

Ayant trouvé le peuple baptisé,

Bien qu’achar­né de meurtre et de tu’rie,

Sera contraint d’arrê­ter sa furie…

Même si le ton mar­tial d’Elisabeth Badin­ter devait enflam­mer les répu­bli­cains face à l’hégémonie isla­mique, ils ne com­bat­traient que par la conta­gion men­tale 3de Marat, le direc­teur de l’Ami du peuple. L’énergie du bap­tême qui n’appartient qu’à la Dame élue et à ses enfants4ger­me­ra sans doute pour un autre combat.

1 La Boé­tie
2 La Fran­ciade
3 Léon Dau­det
4 Image poé­tique de Saint Jean pour dési­gner la com­mu­nau­té à laquelle il s’adresse dans sa deuxième épître