Les lèvres de la Reine

Les lèvres de la Reine

Par Jeanne Esté­relle

Le Bre­via­rum his­to­riale, rédi­gé à l’intention de Mar­tin V, l’été 1429, rap­porte un dia­logue inouï dont Jeanne la Pucelle fut l’actrice prin­ci­pale puisque Notre Sei­gneur Jésus-Christ ouvrit ses lèvres : « Notaire, écri­vez, dit la pucelle ins­pi­rée, le 21 juin de l’an de Jésus-Christ 1429, à quatre heures du soir, Charles VII donne son royaume à Jehanne. Ecri­vez encore : Jehanne donne à son tour la France à Jésus-Christ. Nos Sei­gneurs, dit-elle d’une voix forte, à pré­sent, c’est Jésus ‑Christ qui parle : « Moi, Sei­gneur Eter­nel, je la donne au roi Charles. » »

Cette triple dona­tion rap­pe­la l’origine du pou­voir royal, telle que l’avaient vécue Clo­vis et tous les Francs, à Reims. Le don céleste du royaume de France exhaus­sa la construc­tion juri­dique de Jean de Terre Ver­meille, entre­prise à par­tir de 1419, la Tri­lo­gie des Trac­ta­tus. L’acte nota­rié dic­té par la Reine confir­ma cette nou­velle concep­tion du royaume, cor­pus mys­ti­cum regni.

Confron­tés à la divi­sion inédite du pays légal, rece­vons les paroles de la Reine ! Agis­sons confor­mé­ment au fon­de­ment mys­tique des cou­tumes, cer­tains que sub­siste le corps du royaume, même défait de sa tête, puisque son chef est le Christ ! Aucune loi fra­tri­cide ne sau­rait nous arrê­ter !