Art & Ciné : Bacurau

Art & Ciné : Bacurau

Par Guilhem de Tarlé

Bacurau, un film brésilien (VOSTF) de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles, avec Silvero Pereira (Lunga), Barbara Colen (Teresa), Thomas Aquino (Pacote), Udo Kier (Michael) et Sônia Braga (Domingas).

A quelques semaines de nos Noces d’or mon épouse me surprend toujours… Elle a aimé comme un western cette chasse à l’homme dans un coin perdu du Brésil.
Bacurau, c’est un jeu, à l’image d’un jeu vidéo, au cours duquel les participants et les participantes, animés par des écouteurs dans les oreilles, doivent tuer la totalité des habitants d’un village… chaque mort donne des points et le gagnant sera celui qui en aura le plus. Un safari… humain… (si l’on peut dire).
Bacurau, un long-métrage déjanté qui se présente comme un film d’anticipation… “Dans un futur proche… dans quelques années”

Déjanté ou anticipation ? L’organisation et la participation à de tels jeux de massacre est-elle inimaginable ?

Imaginait-on, il y a 60 ans, que l’avortement – le droit de tuer un enfant avant sa naissance – deviendrait “un droit fondamental de la Femme” ?
Imaginait-on, il y a 20 ans, que l’on instituerait le “mariage” homosexuel ?
Imaginait-on, il y a dix ans que l’on préparerait une loi autorisant la Procréation “Médicale” Assistée (l’enfant sans père), remboursée par la Sécurité sociale, à une paire de femmes ?
Ne voit-on pas qu’après la PMA on aura la GPA (l’enfant sans mère), déjà reconnue quand elle est faite à l’étranger ?

Demain, le 6 octobre 2019, je marcherai à Paris contre cette barbarie “En Marche”.