La nation jaco­bine des pro­grammes sco­laires de 2019.

La nation jaco­bine des pro­grammes sco­laires de 2019.

Par Jean-Phi­lippe CHAUVIN

La France de l’an 2019 n’est plus celle de 1914 ni celle de 1945, ni même celle de Mai 68 : par­fois, du coup, nous, Vieux Fran­çais, avons du mal à la recon­naître, ber­cés que nous étions par une his­toire qui pui­sait ses racines dans une France d’Ancien Régime pas encore morte dans les tran­chées de Ver­dun, qui trou­vait sa res­pi­ra­tion dans les pay­sages fami­liers et si divers de ce cher et vieux pays ayant sur­vé­cu aux tour­ments des révo­lu­tions et des empires, et qui se recon­nais­sait dans toute une gale­rie de per­son­nages, héros ou salauds, dont nous étions les héri­tiers par­fois infi­dèles. Or, ce qui for­mait une sorte de ter­reau com­mun aux Fran­çais dans leur être propre et au-delà de leurs pré­fé­rences, semble se déli­ter ou s’effacer devant la mon­dia­li­sa­tion et son revers, les iden­ti­ta­rismes agres­sifs et exclu­sifs : évo­quer les périodes loin­taines qui ont fait l’histoire de France semble ne plus rien réveiller au cœur de nombre d’élèves ou d’étudiants, et le fris­son qui pou­vait nous tra­ver­ser jadis au sou­ve­nir des épo­pées antiques ou médié­vales (ah, Alexandre, Dugues­clin, Jeanne…) a lais­sé la place à une indif­fé­rence polie ou une concen­tra­tion stu­dieuse pure­ment sco­laire devant des pro­grammes qui manquent de ce souffle que l’on pour­rait attendre de toute œuvre for­ma­trice des intel­li­gences et fon­da­trices des rêves du len­de­main…
La suite