You are currently viewing Ciné­ma : Petite maman

Ciné­ma : Petite maman

Par Guil­hem de Tarlé

A l’affiche : Petite maman, un film fran­çais de Céline Sciam­ma, avec Sté­phane Varu­penne (le père) et les deux sœurs jumelles, José­phine et Gabrielle Sanz (Nel­ly et Marion, la fille et sa mère).

« J’ai rien com­pris au film ».
C’est l’ex­pres­sion favo­rite de mon épouse devant l’ab­sur­di­té de ce qui se passe et de ce qui se dit dans notre monde en per­di­tion.
Ce fut, de façon concrète, son pre­mier mot au sor­tir de la salle de ciné­ma alors que d’ha­bi­tude je compte sur elle pour m’ex­pli­ci­ter tel élé­ment qui a pu m’é­chap­per. Il faut dire que, cette fois-ci, j’a­vais l’a­van­tage très net d’a­voir choi­si cette pro­duc­tion après la lec­ture d’un quatre pages promotionnel. 

Le sujet ori­gi­nal per­met­tait d’es­pé­rer un bon film, à savoir un « voyage dans le temps (…) la ren­contre et l’a­mi­tié entre une petite fille et sa mère enfant (…) s’i­ma­gi­ner dans un rap­port avec son parent à l’é­tat d’en­fant ».
Ce fut, après un début très lent, abso­lu­ment sans inté­rêt et rela­ti­ve­ment ennuyeux. 

PS : vous pou­vez retrou­ver ce « com­men­taire » et plus de 500 autres sur mon blog Je ciné mate.