PMA : Vers une société sans pères ?

PMA : Vers une société sans pères ?

Par Hildegarde

Ainsi pour discuter une loi qui modifiera profondément notre relation à la famille, dont on dit encore qu’elle est la cellule de base de la société, ils étaient 75 députés sur 577 (13 %) à l’assemblée nationale  ! Nos députés représentant déjà 49 % des électeurs, on voit avec quelle «  majorité  » ce texte a été voté  ! Nos héritiers regarderont sans doute avec stupeur cette irresponsabilité «  citoyenne  »…

Car si nous pouvons déplorer, à juste titre, la dérive sociétale de ce début du XXIe siècle (bien entamée au XXe) nous pouvons remarquer plus sûrement la lâcheté de ces députés, de droite, de gauche ou du centre, qui pour ne pas avoir à voter «  non  » se sont fait porter pâle…

Il est de bon ton depuis les «  gilets jaunes  » d’évoquer  la fracture sociale ou géographique… Et chacun de gloser sur les ressorts fondamentaux de cette agitation populaire… Il faut remarquer que sur les premiers ronds-points, il y avait beaucoup de femmes seules avec enfants. Elles sont deux millions en France  !

Ce phénomène est une des conséquences visibles du «  Jouir sans entraves  » célèbre slogan de mai 68. Depuis Nous déroulons les effrayantes conséquences de ce diktat posé il y a 50 ans. Effectivement, c’est à cette date que notre civilisation a basculé passant du «  bien commun  » au «  désir individuel  » magnifiquement nommé «  régression anthropologique  » par Philippe Murray…

Monsieur Macron s’est ému du destin de ces femmes seules «  déplorant les effets dont il chérit les causes  » L’aveuglement volontaire de nos «  élites  » aura certainement des conséquences dont on ne peut mesurer aujourd’hui les effets. Le père disparaît au profit du fournisseur de gamètes. Certes cela ne concernera, dans un premier temps, nous dit-on que 3000 femmes en France. Mais  mesure-t-on l’impact que cela aura sur la gent masculine déjà quelque peu déstabilisée par les attaques successives des féministes fondamentalistes  ? Société sans pères et sociétés sans hommes  ; certes la vengeance serait douce de passer du patriarcat au matriarcat (en laissant au passage les plus pauvres sur le pavé) Alors bien sûr, deux «  pères  » voudront avoir un enfant ensemble pour rétablir l’équilibre.

A peine la loi votée se développent des sites marchands sur les réseaux sociaux  :

«  Nos solutions pour faire un enfant  !  » «  Trouver ici un géniteur pour vous aider à tomber enceinte  !  » «  Entourez votre enfant d’amour et devenez parents à 3 ou 4  ! »

Orwell réveille-toi, ils sont devenus fous  !