PMA : Vers une socié­té sans pères ?

PMA : Vers une socié­té sans pères ?

Par Hil­de­garde

Ain­si pour dis­cu­ter une loi qui modi­fie­ra pro­fon­dé­ment notre rela­tion à la famille, dont on dit encore qu’elle est la cel­lule de base de la socié­té, ils étaient 75 dépu­tés sur 577 (13%) à l’assemblée natio­nale ! Nos dépu­tés repré­sen­tant déjà 49 % des élec­teurs, on voit avec quelle « majo­ri­té » ce texte a été voté ! Nos héri­tiers regar­de­ront sans doute avec stu­peur cette irres­pon­sa­bi­li­té « citoyenne »…

Car si nous pou­vons déplo­rer, à juste titre, la dérive socié­tale de ce début du XXIe siècle (bien enta­mée au XXe) nous pou­vons remar­quer plus sûre­ment la lâche­té de ces dépu­tés, de droite, de gauche ou du centre, qui pour ne pas avoir à voter « non » se sont fait por­ter pâle…

Il est de bon ton depuis les « gilets jaunes » d’évoquer  la frac­ture sociale ou géo­gra­phique… Et cha­cun de glo­ser sur les res­sorts fon­da­men­taux de cette agi­ta­tion popu­laire… Il faut remar­quer que sur les pre­miers ronds-points, il y avait beau­coup de femmes seules avec enfants. Elles sont deux mil­lions en France !

Ce phé­no­mène est une des consé­quences visibles du « Jouir sans entraves » célèbre slo­gan de mai 68. Depuis Nous dérou­lons les effrayantes consé­quences de ce dik­tat posé il y a 50 ans. Effec­ti­ve­ment, c’est à cette date que notre civi­li­sa­tion a bas­cu­lé pas­sant du « bien com­mun » au « désir indi­vi­duel » magni­fi­que­ment nom­mé « régres­sion anthro­po­lo­gique » par Phi­lippe Mur­ray…

Mon­sieur Macron s’est ému du des­tin de ces femmes seules « déplo­rant les effets dont il ché­rit les causes » L’aveuglement volon­taire de nos « élites » aura cer­tai­ne­ment des consé­quences dont on ne peut mesu­rer aujourd’hui les effets. Le père dis­pa­raît au pro­fit du four­nis­seur de gamètes. Certes cela ne concer­ne­ra, dans un pre­mier temps, nous dit-on que 3000 femmes en France. Mais  mesure-t-on l’impact que cela aura sur la gent mas­cu­line déjà quelque peu désta­bi­li­sée par les attaques suc­ces­sives des fémi­nistes fon­da­men­ta­listes ? Socié­té sans pères et socié­tés sans hommes ; certes la ven­geance serait douce de pas­ser du patriar­cat au matriar­cat (en lais­sant au pas­sage les plus pauvres sur le pavé) Alors bien sûr, deux « pères » vou­dront avoir un enfant ensemble pour réta­blir l’équilibre.

A peine la loi votée se déve­loppent des sites mar­chands sur les réseaux sociaux :

« Nos solu­tions pour faire un enfant ! » « Trou­ver ici un géni­teur pour vous aider à tom­ber enceinte ! » « Entou­rez votre enfant d’amour et deve­nez parents à 3 ou 4 !»

Orwell réveille-toi, ils sont deve­nus fous !