You are currently viewing MONSIEUR MACRON, VOUS ÊTES UN MENTEUR !

MONSIEUR MACRON, VOUS ÊTES UN MENTEUR !

Par Hil­de­garde

Déci­dé­ment d’accord pour une fois avec Ber­nard-Hen­ry Lévy : Ce virus rend fou !

Le 27 jan­vier 2021, l’Assemblée par­le­men­taire du conseil de l’Europe décla­rait dans sa réso­lu­tion  2361 que per­sonne ne peut être vac­ci­né contre sa volon­té sous la pres­sion. L’assemblée demandait* :

  • de s’as­su­rer que les citoyens et citoyennes sont infor­més que la vac­ci­na­tion n’est pas obli­ga­toire et que per­sonne ne subit de pres­sions poli­tiques, sociales ou autres pour se faire vac­ci­ner, s’il ou elle ne sou­haite pas le faire personnellement ;
  • de veiller à ce que per­sonne ne soit vic­time de dis­cri­mi­na­tion pour ne pas avoir été vac­ci­né, en rai­son de risques poten­tiels pour la san­té ou pour ne pas vou­loir se faire vacciner ;
  • d’utiliser les cer­ti­fi­cats de vac­ci­na­tion uni­que­ment dans le but dési­gné de sur­veiller l’efficacité du vac­cin, les effets secon­daires poten­tiels et les effets indésirables ; 

Mon­sieur Macron, vous même affir­miez, dès décembre 2020, que jamais la vac­ci­na­tion ne serait obligatoire :

« Je l’ai dit, je le répète : le vac­cin ne sera pas obli­ga­toire. Ayons confiance en nos cher­cheurs et méde­cins. Nous sommes le pays des Lumières et de Pas­teur, la rai­son et la science doivent nous guider. »

En avril 2021 dans une inter­view du Pari­sien vous déclariez :


« La passe sani­taire ne sera jamais un droit d’accès qui dif­fé­ren­cie les Fran­çais. Il ne sau­rait être obli­ga­toire pour accé­der aux lieux de la vie de tous les jours comme les res­tau­rants, théâtres et ciné­mas, ou pour aller chez des amis. »

Mon­sieur le Pré­sident, depuis vos annonces ce lun­di, les Fran­çais se déchirent dans les familles, dans les entre­prises, dans les com­merces et dans les rues. Nous pour­rons dire bien­tôt, comme pour l’affaire Drey­fus : « Ils en ont par­lé », ceux qui ont cru dans vos paroles et ceux qui sont prêts à accep­ter n’importe quelle mesure pour la plu­part dès lors qu’on leur fout la paix ; Car le rush vers la vac­ci­na­tion n’est pas affaire de soli­da­ri­té ! Non ces Fran­çais-là savent déjà que s’ils ne passent pas sous vos fourches cau­dines, vous allez à nou­veau les confi­ner, les enfer­mer, les contrôler.

D’autres se sou­cient de la relance éco­no­mique, et ils ont bien rai­son, mais pour­quoi devrions-nous choi­sir entre le confi­ne­ment et le passe sani­taire ? Pour­quoi avoir écar­té d’emblée toutes les mesures que des per­sonnes sen­sées pro­po­saient (dont beau­coup de méde­cins ou cher­cheurs qui ne sont pas des imbé­ciles : Lits hos­pi­ta­liers sup­plé­men­taires, trai­te­ments, confi­ne­ment des per­sonnes âgées ou fra­giles, aéra­teurs dans les écoles… Faut-il rap­pe­ler encore et encore que la COVID 19 a une mor­ta­li­té de 0,05 % et que son pro­nos­tic est meilleur que l’an pas­sé en évi­tant les réani­ma­tions lourdes ?

Aujourd’hui des mani­fes­ta­tions fleu­rissent dans bien des villes de France, mani­fes­ta­tions de ces Fran­çais que vous mépri­sez : Ils ne font pas par­tie des sachants selon vos cri­tères. Mais ils ont bien com­pris que depuis le début de cette crise vous avez dit tout et son contraire. Oui Mon­sieur le Pré­sident, vous êtes un men­teur et non nous n’avons plus confiance en vous ! Nous ne vou­lons pas non plus que vous fas­siez notre bon­heur sani­taire sans notre accord : Nous ne sommes plus au XVIIIe siècle et nous ne vou­lons pas d’un des­pote éclairé !

« Tout pour le peuple, rien par le peuple », Joseph II d’Autriche, comme vous, Mon­sieur le Pré­sident, pen­sait qu’un peuple se mani­pule. C’est vrai dans une cer­taine mesure mal­heu­reu­se­ment, mais votre rôle est d’éviter qu’il ne se révolte par trop de mesures tyran­niques et dou­teuses. Vous igno­rez comme le fit l’empereur d’Autriche, qu’un peuple a une âme et que l’instinct de sur­vie peut aus­si le conduire à des excès.

Déci­dé­ment, le roi capé­tien savait qu’il était au ser­vice de son peuple et non l’inverse et par-des­sus tout il aimait la France.

Hil­de­garde

*https://pace.coe.int/fr/files/29004/html