Arts & Ciné : Mjolk, la guerre du lait

Arts & Ciné : Mjolk, la guerre du lait

par Guil­hem de Tarlé

Mjolk, la guerre du lait : un film islan­dais (VOSTF) de Gri­mur Hakor­na­son, avec Arn­dis Hrönn Egils­dôt­tir (Inga).

J’allais au (petit) lycée, à Paris, quand Men­dès-France me fit la « vache­rie » de m’obliger à boire chaque jour un grand bol de lait à la can­tine… C’est sans doute de cette époque que remonte mon anti­so­cia­lisme pri­maire. Mais c’est d’une toute autre guerre du lait que parle ce film, celle de la cor­rup­tion et plus géné­ra­le­ment de la ruine des pay­sans for­cés de s’endetter jusqu’à la mise sous tutelle, la faillite et le sui­cide. Ça se passe en Islande, mais c’est vrai en France aus­si où un agri­cul­teur se sui­cide tous les deux jours.

On assiste d’ailleurs aujourd’hui dans nos cam­pagnes à une nou­velle cor­rup­tion, dili­gen­tée par l’Union euro­péenne, la Macro­nie et les édiles locaux, à savoir la cor­rup­tion qu’exerce la mafia des pro­mo­teurs d’éoliennes qui versent quelques mil­liers d’euros dans les bud­gets des col­lec­ti­vi­tés locales et dans les poches d’exploitants agri­coles pour bour­rer leurs terres de mil­liers de tonnes de béton et tra­ves­tir nos pay­sages en décors de guerre des étoiles. « Ils nous ven­dront les cordes pour les pendre » disait Lénine qui, sur ce point – une fois n’est pas cou­tume – n’avait pas tort.