Ecoute-moi bien, toi le « sup­por­ter » algé­rien…

Ecoute-moi bien, toi le « sup­por­ter » algé­rien…

Des sup­por­ters de l’Al­gé­rie célèbrent la vic­toire de leur équipe à Lyon le 19 juillet 2019 © Jean-Phi­lippe KSIAZEK / AFP

Tu te dis ama­teur de foot, mais tu n’es rien d’autre qu’un mal-éle­vé. Tu te pré­sentes comme sup­por­ter de l’équipe d’Algérie, mais tu n’es rien d’autre qu’un aigri qui passe ses nerfs sur le mobi­lier urbain. Un lâche qui a besoin de la foule pour pas­ser à l’acte.

Le dra­peau algé­rien est ton ali­bi, ce qu’il repré­sente t’est indif­fé­rent. Les seules cou­leurs que tu défendes sont les tiennes et elles sont tristes et déla­vées comme ton maigre bilan dans la vie.

Tu es un embar­ras bina­tio­nal

Tu n’es pas Algé­rien. Tu es sim­ple­ment le résul­tat d’erreurs com­mises par des Algé­riens (tes parents qui n’ont pas su t’élever). Ton impo­li­tesse fait de toi une cari­ca­ture. Une sorte de bête de foire qui fait peur en même temps qu’elle ins­pire la pitié. Un cli­ché ambu­lant qui coche toutes les cases du « détes­table ».

En réa­li­té, tu es un embar­ras bina­tio­nal. En France, tu causes la conster­na­tion. En Algé­rie, tu pro­voques la sidé­ra­tion à cause de ton manque total de savoir-vivre.

« Viva l’Algérie ! » De quoi tu parles ? Est-ce qu’il t’arrive de t’entendre ?

Tu ne connais même pas l’histoire de l’Algérie, autre­ment tu n’attirerais par l’opprobre sur le peuple qui a engen­dré des grands sei­gneurs comme Abdel­ka­der ou Mokra­ni, nobles guer­riers craints et res­pec­tés par leurs enne­mis.

Brûle ton pas­se­port et casse-toi

Tant de gens sont morts pour l’Algérie, tant de braves ont connu la faim et le froid pour te don­ner un pays sou­ve­rain, tant ont sou­te­nu la cause algé­rienne, avec armes et muni­tions par­fois. Et toi, tu ne trouves rien de mieux à faire que de poser tes fesses sur le capot d’une voi­ture en France et crier « Viva l’Algérie ! » Crois-tu hono­rer leurs sacri­fi­cies en te fai­sant pas­ser pour un clown ?

La suite