Le sens d’une mise à mort

Le sens d’une mise à mort

Marche pour la Vie (2015)© Michel Pour­ny

La mise à mort de Vincent Lam­bert pose des ques­tions d’ordre civi­li­sa­tion­nel par-delà une tra­gé­die per­son­nelle et fami­liale. On a pu, à juste titre, regret­ter que le cas sin­gu­lier d’un homme soit, en quelque sorte, jeté en pâture à l’opinion publique. Mais il est mal­hon­nête d’en faire por­ter la res­pon­sa­bi­li­té au père et à la mère dont la résis­tance au ver­dict de mort ne trou­vait sa rai­son que dans l’attachement à un fils bien-aimé. Michel Houel­le­becq, dans une remar­quable tri­bune publiée dans Le Monde, a sou­li­gné le fait que «  Vincent Lam­bert est mort d’une média­ti­sa­tion exces­sive, d’être mal­gré lui deve­nu un sym­bole  ». Mme Buzyn, ministre des Soli­da­ri­tés et de la San­té, qui porte la res­pon­sa­bi­li­té d’avoir per­mis de fran­chir le der­nier obs­tacle à la mise à mort, n’a‑t-elle pas vou­lu, comme beau­coup de lea­ders d’opinion «  faire un exemple  » afin de «  faire évo­luer les men­ta­li­tés  », «  ouvrir une brèche  » à la léga­li­sa­tion de l’euthanasie  » ?

Une digni­té inal­té­rable

Telle était bien l’orientation de la cam­pagne qui se pour­suit d’ailleurs au-delà de l’événement. Le lob­by qui pré­tend défendre «  le droit de mou­rir dans la digni­té  » exige qu’on tire les conclu­sions de l’affaire Vincent Lam­bert et qu’on léga­lise enfin, comme chez nos voi­sins belges et néer­lan­dais, le sui­cide assis­té. L’argument prin­ci­pal tient dans cette notion de digni­té. Vincent Lam­bert aurait donc per­du sa digni­té humaine, du fait de son état phy­sique et men­tal. Seule l’extinction de son souffle vital était en mesure de lui rendre une condi­tion res­pec­table. Mais là encore, Michel Houel­le­becq explique de façon cin­glante que «  la digni­té (le res­pect que l’on vous doit), si elle peut être alté­rée par divers actes mora­le­ment répré­hen­sibles, ne peut en aucun cas l’être par une dégra­da­tion, aus­si catas­tro­phique soit-elle, de son état de san­té  ».

La suite