D-Day : Emmanuel Macron supprime « la France éternelle » de la lettre d’Henri Fertet

D-Day : Emmanuel Macron supprime « la France éternelle » de la lettre d’Henri Fertet

Emmanuel Macron lors des cérémonies du 75ème anniversaire du Débarquement à Portsmouth, 5 juin 2019. ©Matt Dunham/AP/SIPA / AP22343732_000093

« Notre histoire nous dépasse… nos vétérans nous obligent », a déclaré le chef de l’Etat Emmanuel Macron, ce jeudi 6 juin, lors de l’inauguration du mémorial britannique de Ver-sur-Mer.

On ne peut que saluer cette sage parole incluse, parmi d’autres, dans la geste commémorative permettant avec un certain bonheur de calendrier au jeune président d’endosser de nouveau le costume présidentiel en posture verticalisée après des mois de contestation jaune et post-benallienne

L’occasion d’être à nouveau debout

De fait, et cela n’aura échappé à personne, celui qui avait perdu, depuis bientôt un an, la maîtrise des horloges semble être retombé (au moins provisoirement) sur ses pieds à la faveur d’un agenda favorable.

Les élections européennes, tout d’abord, qui bien que perdues par la majorité présidentielle en dépit de tout le poids qu’a apporté l’Etat pour faire pencher la balance, se sont transformées en semi-victoire en raison principalement de l’absorption au sein de l’hypercentre d’une partie de l’ancienne droite classique qui, apeurée, a préféré se ranger du côté du manche élitaire. Les soubresauts quotidiens d’agonie de la droite la plus bête du monde ne peuvent que, pour le moment, favoriser le chef de l’Etat qui, de ce point de vue, retrouve une certaine gagne.

La suite