Ce que dit la « Ligue du LOL » sur le petit monde des journalistes

Ce que dit la « Ligue du LOL » sur le petit monde des journalistes

De gauche à droite : Chris­tophe Car­ron, Vincent Glad et David Dou­cet / Cap­tures d’é­cran Youtube

Une bande d’individus odieux com­mu­niant dans le sar­casme et l’insulte, s’adonnant aux pho­to­mon­tages et canu­lars humi­liants et har­ce­lant leurs têtes de turc, des années durant, dans l’impunité totale que garan­tit l’anonymat des réseaux sociaux. Voi­là ce qu’est la Ligue du LOL.

Rien que de bien banal : ces com­por­te­ments sont on ne peut plus com­muns sur inter­net. Mais la plu­part du temps, les indi­vi­dus qui agissent de la sorte le font seuls der­rière leur écran. Quand ils se regroupent et chassent en meute, c’est sur la base d’une conver­gence idéo­lo­gique ; on parle des « trolls sora­liens », par exemple.

Doc­teur Car­ron et Mis­ter LOL

Ori­gi­na­li­té de la Ligue du LOL : ce qui fédère ces mal­fai­sants est leur milieu pro­fes­sion­nel, puisqu’ils tra­vaillent essen­tiel­le­ment dans la presse et la com­mu­ni­ca­tion. Et leur morale offi­cieuse, radi­ca­le­ment inverse à celle qu’ils nous prônent dans leurs médias, avec l’arrogance des parfaits.

Aucun jour­na­liste de Minute, du Figa­ro ou de Famille Chré­tienne dans la Ligue du LOL. Uni­que­ment des gens du camp pro­gres­siste, du genre qui juge les gens sur leurs fré­quen­ta­tions et passe son temps à éva­luer leur degré de res­pec­ta­bi­li­té en fonc­tion de leur adhé­sion aux valeurs du temps. Ces indi­vi­dus n’ont même pas l’honnêteté de faire leurs les prin­cipes qu’ils nous assènent.

La suite