Bioé­thique : la « Marche pour la vie » ras­semble des mil­liers de manifestants

Bioé­thique : la « Marche pour la vie » ras­semble des mil­liers de manifestants

La Marche pour la vie du 20 jan­vier 2019 GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Les anti-IVG jugent que le contexte de la crise des « gilets jaunes » est pro­pice à la mobilisation.

Les anti-PMA pour toutes vont-ils venir gros­sir les rangs de la Marche pour la vie ? Tel était le pari des orga­ni­sa­teurs de la 13e édi­tion de cette mani­fes­ta­tion anti-IVG, qui ras­sem­blait ce dimanche après-midi à Paris 50.000 mani­fes­tants selon les orga­ni­sa­teurs mais 7400 selon la police. « Ce sera sans doute la pre­mière alerte sur la mobi­li­sa­tion des anti-PMA » et«une manière de se comp­ter, alors que la phase légis­la­tive de la révi­sion de la loi de bioé­thique approche », vou­lait croire Oli­vier Ruis­seau, char­gé de com­mu­ni­ca­tion de la Fon­da­tion Jérôme Lejeune, un des orga­ni­sa­teurs de cette marche. Cette année, le thème prin­ci­pal choi­si par les « pro-life » était pour­tant la défense de la clause de conscience des méde­cins qui ne veulent pas pra­ti­quer d’avortements.

Mais la Marche pour la vie surfe aus­si sur une actua­li­té plus récente : les pro­po­si­tions chocs du rap­port de la mis­sion par­le­men­taire sur la bioé­thique, rédi­gé par le dépu­té Jean-Louis Tou­raine (LaREM) et ren­du public mar­di der­nier. « Les pro­po­si­tions du rap­port bou­le­versent l’an­thro­po­lo­gie », écrivent les orga­ni­sa­teurs de l’é­vé­ne­ment. Ces der­niers citent pêle-mêle « la mas­si­fi­ca­tion de la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée (PMA)», « la déré­gu­la­tion des pra­tiques sur l’embryon humain » et « l’ex­ten­sion des poli­tiques eugénistes ».

La suite