Les doléances royalistes dans le grand débat national. (partie 1)
|

Les doléances royalistes dans le grand débat national. (partie 1)

Depuis quelques semaines, les cahiers de doléances sont de retour, et cela nous rappelle aussi à notre propre histoire nationale et politique : le précédent de 1789 a ouvert la période révolutionnaire, dénaturant d’ailleurs rapidement le sens même des doléances rédigées dans les 60.000 cahiers issus de tous les coins et recoins du pays. Il est intéressant de noter que certains républicains pur jus s’inquiètent de ce « retour » d’une forme de consultation « pré-révolutionnaire », voire « contre-révolutionnaire » car ne s’inscrivant pas exactement dans le cadre de la démocratie représentative qui, parfois, porte si mal son nom ! En fait, c’est la première fois depuis l’audacieuse demande du roi Louis XVI adressée aux « peuples du royaume », que l’État prend, à une telle échelle et sous cette forme ancienne, la responsabilité de demander à tous les Français, dans leur commune, leurs souhaits, leurs revendications, leurs propositions, au moment même où les colères, multiples et parfois incontrôlées, débordent et s’affirment en tumultes parfois incontrôlables. 230 ans que ce que l’on pourrait qualifier de « pays réel », entier et pluriel, n’a pas été ainsi appelé par « l’État légal » à prendre la parole

La suite