Macron est prisonier de l'Union Européenne
Gilets jaunes : « Macron a les pieds et les poings liés par l’Union européenne »

« Ne restent aux gouvernants nationaux que deux outils disponibles : la fiscalité et le coût du travail », affirme Coralie Delaume. LUDOVIC MARIN/AFP

Augmentation du SMIC et des retraites, taxation des très grandes entreprises, protection de l’industrie française, fin de la politique d’austérité et redéploiement des services publics : telles sont les revendications des Gilets jaunes révélées la semaine dernière dans la presse. Le rétablissement d’une véritable démocratie fait également partie des demandes récurrentes.

L’Europe est en revanche absente des mots d’ordre et des slogans. Pourtant, aucune des demandes formalisées n’est réalisable dans l’Union européenne actuelle, dans le Marché unique et dans l’Euro, qui sont le cadre à l’intérieur duquel prennent place les politiques nationales. Les gouvernements nationaux ne sont finalement que des relais consentants de l’UE, des fondés de pouvoir satisfaits de leur impuissance.

L’Union européenne est plus qu’une simple organisation internationale. Elle n’est pas intergouvernementale mais supranationale. Les juristes disent que la Cour de justice des communautés a « constitutionnalisé les traités » via deux jurisprudences de 1963 et 1964. Autrement dit, la Cour a fait naître un ordre juridique inédit et posé les bases d’un proto-fédéralisme sans que les peuples soient consultés – ni même avertis – de la venue au monde d’une quasi-Constitution.

La suite